Accueil»Afrique»¬Côte d’Ivoire : Liberté de presse : Un projet de loi sur la répression des délits de presse contesté par les journalistes

¬Côte d’Ivoire : Liberté de presse : Un projet de loi sur la répression des délits de presse contesté par les journalistes

0
Partages
Pinterest Google+

Déposé vendredi dernier à l’Assemblée nationale, le projet de loi sur le régime juridique de la presse en Côte d’Ivoire est critiqué par l’ensemble de la corporation journalistique qui le juge liberticide.

Le gouvernement ivoirien veut réformer le régime juridique de la presse en Côte d’Ivoire. Le 5 mai dernier, soit deux jours après la célébration de la journée mondiale de la liberté de presse, deux projets de loi sur le régime juridique de la presse et de la communication audiovisuelle ont été présentés à la Commission des affaires sociales et culturelles de l’Assemblée Nationale par Brunot Koné, le ministre de la Communication, de l’Economie numérique et de la Poste.

Les journalistes, syndicats de journalistes et organisations de défense de la liberté de presse se sont invités à l’Assemblée nationale pour protester contre ce projet de loi qu’ils jugent liberticide. Pomme de discorde entre le gouvernement et les journalistes, l’article 90 du projet de loi sur le régime juridique de la presse qui dispose qu’est punit d’une peine de 1 à 5 ans de prison quiconque par voie de presse incite au vol, au pillage, au meurtre, à la xénophobie et à la haine tribale.

presse en Côte d'Ivoire
Des lecteurs devant un kiosque à journaux en Côte d’Ivoire

Dépénalisation des délits de presse

L’article 99 de ce même projet de loi interdit aux journalistes d’évoquer les événements qui remontent à plus de 10 ans, notamment la crise politico-militaire que le pays a connu, sous peine d’une amende allant de 2 millions à 5 millions de F CFA.  Au goût des hommes de médias ivoiriens, ces projets de loi viennent mettre fin au régime de la dépénalisation des délits de presse acquise de haute lutte.

Le projet de loi est en discussion à l’Assemblée Nationale après avoir été jugé recevable en commission. Dans le classement de Reporters Sans Frontières cette année 2017, la Côte d’Ivoire a gagné 5 places. Elle est passée de la 86e place en 2016 à la 81e place. En février dernier, des journalistes ont été arrêtés pour « divulgation de fausses informations » relatives à la mutinerie au sein de l’armée ivoirienne.

hurinews.com

 

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun : Jetés en prison par un homme d’affaires : 4 jeunes leaders relaxés dans le Nord-Ouest

Article suivant

Cameroun : Vie des ONG : Le RENATA, une amazone au service des droits de la jeune fille