Article Archivé

avril 2015

L’association basée à Paris qui défend les prisonniers politiques camerounais demande à l’ancien ministre et ancien député de saisir les instances judiciaires internationales. Ce que le concerné entend faire dans les prochains jours.

Dans le cadre de la coopération Cameroun-France, la plate forme Dialogue citoyen sur la mise en œuvre du Contrat désendettement et Développement au Cameroun est revenue le 29 avril 2015 sur l’état de sa mise en œuvre. Placé sous le thème « Etat de la mise en œuvre du C2D », la …

le 20 avril 2015: C’est avec stupéfaction et indignation que le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC) est informé de source formelle de la situation du défenseur des droits des Pygmées M. Thierry Barebereho KAMENA en République Démocratique du Congo (RDC).

Dans ses réquisitions, le ministère public a regretté que l’ancien ministre des Travaux publics et ancien Député, aujourd’hui réfugié politique en France, n’ait pas été présent pour répondre des accusations de malversations financières à son encontre.

Lire l’intégralité du communiqué du Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale qui revient sur les circonstances de l’assassinat du journaliste congolais Soleil Balanga.

L’écrivain et homme politique vient de quitter la prison centrale de Yaoundé, selon son comité de soutien.

L’écrivain et homme politique devait être sorti de prison depuis plus d’une semaine, après sa condamnation à 40 mois de prison en appel,soit moins que la peine dont il a écopé en jugement. Mais Enoh Meyomesse est toujours sous les verrous. Las d’attendre, il a à nouveau écrit au président camerounais, Paul Biya.

Malgré l’adversité, l’avocate et militante des droits de l’homme poursuit le combat sans relâche contre les Tchadiens victimes de l’oppression de l’actuel et de l’ancien régime. Elle y trouve aussi sa reconnaissance internationale.

RCA / Faits et analyse juridique sur « l’affaire Michel Amine »:« Tout acte authentique délivré au Cameroun par l’autorité compétente qui n’a été ni contrefait, ni falsifié après son établissement, tel que le passeport camerounais de Monsieur AMINE Michel, n’est aucunement faux. »

L’ordonnance de renvoi devant le Tribunal émise par le juge d’instruction, qui présente les chefs d’inculpation retenus contre M.Ambassa Zang,ne fait nullement état d’une quelconque forme d’enrichissement personnel de ce dernier.En l’absence d’intention criminelle, on ne peut guère parler d’autre chose que d’irrégularités de gestion, lesquelles pourraient appeler une sanction disciplinaire