Article Archivé

mai 2015

Son apparence rappelle un homme qui a tout perdu. Le rêve de ce jeune camerounais, celui de marquer à sa manière le cinquantenaire de l’indépendance et de la Réunification du Cameroun en début des années 2010, s’est transformé en cauchemar au contact de certains hauts responsables de la présidence de la République : non seulement, d’après lui, son projet d’ouvrage sur l’histoire du Cameroun a été détourné, mais aussi, il dit avoir été violenté par la garde rapprochée du chef de l’Etat camerounais. Par ailleurs, son foyer a également volé en éclats, selon ses dires. La rédaction de hurinews.com, a ouvert ses espaces à Augustin Nkoma, leader d’association de jeune et écrivain, afin qu’il puisse conter sa mésaventure.

Le rapporteur de la Cour suprême a estimé ce jeudi 28 mai que le pourvoi en cassation de l’avocate franco-camerounaise est non justifié. Par ailleurs, le ministère public a requis sa condamnation. Verdict attendu ce 9 juin 2015.

Depuis plusieurs mois, ce jeune patron de centres de santé assouvi sa passion pour les soins médicaux à travers des émissions radio et télé et des articles de presse.

Suite au crash d’un avion de l’ex-compagnie aérienne Cameroon Airlines survenu au Cameroun en décembre 1995, un doigt accusateur a été pointé sur la société de droit sud-africain Advanced Technic Trust Ltd,chargée de la maintenance technique des aéronefs de la Camair. Il était reproché à cette dernière d’avoir versé des pots-de-vins à de hauts responsables camerounais dans le but de rafler ce marché. A l’issue d’un protocole d’accord signé en juin 2001 à Paris, ATT Ltd s’est engagé à fournir des preuves de corruption à l’Etat contre 10% de la somme à rembourser au Cameroun en cas de succès de cette procédure devant un tribunal parisien. Pour ce faire, le président du Comité de suivi du contrat entre Transnet et l’Etat du Cameroun, Jean Foumane Akame (l’un des conseillers et proche parent du président Paul Biya), a ordonné en février 2005 le virement d’une somme de près de 1,8 millions de Dollars US dans le compte de Transnet. Mais le bénéficiaire conteste la paternité du compte dans lequel l’argent a été viré. Où est passé le pactole? hurinews.com a mené ses investigations sur un scandale financier qui n’a pas livré tous ses secrets.

Alors qu’en 2009, le Comité des droits de l’homme de l’Organisation des Nations Unies(Onu) exigeait la libération de l’ancien directeur général de la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnps) sous 180 jours, le Cameroun,non content de l’avoir maintenu en prison de façon arbitraire au-delà dudit délai, peu fier de l’avoir libéré en mai 2014 sous la pression de la France, s’obstine à vouloir le remettre en taule sur la base d’une accusation du détournement de 25 milliards de F Cfa dont il peine à retrouver les traces.

Au cours de l’audience de ce jeudi 21 mai, la Cour suprême a reconnu les nombreux vices qui ont entaché la procédure contre l’ancien Maire de Njombé-Penja depuis 2008. D’après son conseil, le délibéré prévu le 18 juin prochain pourrait lui ouvrir le chemin de la liberté.

La célébration de la fête nationale nous donne une occasion de réfléchir sur son sens profond et de revisiter la trajectoire que prend le Cameroun depuis plusieurs années maintenant.

Le constat a été faite ce vendredi 15 mai par la ministre de la Promotion de la femme et de la famille, au cours d’un point de presse à Yaoundé. C’était à l’occasion de la journée internationale de la famille.

D’après le Comité de libération des prisonniers politiques au Cameroun (CL2P), mouvement basé en France, ces deux anciens ministres camerounais incarcéré à Yaoundé pour détournement de deniers publics remplissent les critères établis pour l’emprisonnement politique, notamment la multiplicité de procès à leur encontre.

Les épouses de diplomates, membres duCercle des amis du Cameroun (Cerac), association humanitaire créée il y a 20 ans par la Première Dame du Cameroun, Chantal Biya, a remis ce mardi 12 mai 2015 à Yaoundé, des dons aux orphelins et enfants vulnérables.