Burundi : Droit à la vie : International Crisis Group dénonce une purge politique au sein de l’armée

Louis MBANGA
par Louis MBANGA avril 10, 2017 08:02

Burundi : Droit à la vie : International Crisis Group dénonce une purge politique au sein de l’armée

Grandes Lignes

  • Dans un rapport rendu public récemment, l’ONG fait état de règlement de comptes au sein de l’armée burundaise suite au coup d’Etat manqué d’août 2015.

Articles Similaires

Dans un rapport rendu public récemment, l’ONG fait état de règlement de comptes au sein de l’armée burundaise suite au coup d’Etat manqué d’août 2015.

C’est à une véritable chasse aux sorcières que l’on assiste au sein de l’armée depuis le coup d’Etat manqué contre le président de la République, Pierre Nkurunziza le 13 mai 2015. D’après un rapport rendu public le 5 avril dernier, International Crisis Group parle d’assassinat croisés au sein de l’armée burundaise : « L’identité des victimes– très souvent des officiers – indique qu’il s’agit d’assassinats ciblés s’inscrivant majoritairement dans une logique de représailles entre ceux qui sont en faveur du troisième mandat et ceux qui s’y opposent », peut-on lire dans le rapport.

Le rapport ne donne aucun bilan chiffré de ces assassinats croisés. Mais d’après International Crisis Group, ces règlements de compte au sein de l’armée ont suscité une paranoïa au sein de l’armée, occasionnant de nombreuses défections : « Selon des sources militaires burundaises, entre 600 et 2 000 hommes auraient fait défection depuis le début de la crise, dont des officiers de haut rang ».

armée burundaise

L’armée burundaise en plein défilé

Le rapport parle également d’arrestations et de disparitions de militaires opposés au 3e mandat de Nkurunziza. Des faits que le pouvoir burundais conteste en parlant de déstabilisation à partir de l’extérieur, à en croire le rapport d’International Crisis Group.

La pomme de discorde dans la crise burundaise est le 3e mandat du président Nkurunziza entamé en juillet 2015 à l’issue des élections remportées par ce dernier. D’après l’opposition burundaise et l’aile dissidente de l’armée, il s’agit d’une violation des accords d’Arusha signés en 2000 entre les protagonistes de la crise burundaise.

hurinews.com

 

Louis MBANGA
par Louis MBANGA avril 10, 2017 08:02