Cameroun: Acharnement: Le prisonnier politique Pierre Désiré Engo renoue avec les tribunaux ce 20 novembre

Louis MBANGA
par Louis MBANGA novembre 17, 2014 18:06 Mise à jour

Cameroun: Acharnement: Le prisonnier politique Pierre Désiré Engo renoue avec les tribunaux ce 20 novembre

 

l'ancien directeur général de la Caisse nationale de prévoyance sociale

L’ancien Directeur général de la Caisse nationale de prévoyance sociale, à sa sortie du Tcs en mai dernier

Alors qu’on le croyait sorti de ses ennuis judiciaires suite à sa libération en mai dernier, revoilà l’ancien directeur général de la Caisse nationale de prévoyance sociale face aux juges. Pierre Désiré Engo comparaitra à nouveau devant le Tribunal criminel spécial ce  20 novembre. Si pour le Tcs, c’est pour répondre des faits de détournements de deniers publics,  ses conseils disent ignorer l’objet de l’audience de jeudi prochain. Hurinews.com consacre dès ce jour une série d’article à ce qu’il est convenu d’appeler « l’affaire Engo »

Le chemin de croix judiciaire se poursuit  pour Pierre Désiré Engo. Après sa libération décidée le 7 mai dernier par le Tribunal criminel spécial(Tcs) assortie d’une interdiction de sortie du territoire, l’ancien directeur général de la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnps) est attendu à nouveau à la barre ce jeudi 20 novembre. Mais il comparaitra libre.

Au sujet des accusations contre Pierre Désiré Engo, il serait difficile d’être affirmatif tant les conseils de l’accusé eux-même disent ne rien en savoir: »pour le moment, nous ne savons pas exactement pourquoi M.Engo est appelé devant le Tcs, ni lui ni moi n’avons reçu la moindre convocation, il est vrai que j’ai déposé récemment une requête auprès dudit tribunal aux fins de lever l’interdiction de sortie du territoire qui le frappe, c’est peut-être pour statuer sur cette requête que l’audience aura lieu », confie Me Bahebeck, joint au téléphone par hurinews.com. Mais sur le rôle affiché au babillard du Tcs, il est inscrit comme motif « détournements de deniers publics ».

Edith Boizette

En effet, alors qu’il purgeait sa 15e année de prison, l’ancien patron de la Cnps a été renvoyée devant le Tcs en mars dernier pour un détournement d’une somme de 25 milliards de F Cfa. Selon l’accusation, il s’agit d’une somme que lui aurait versé la société belge Six International dans le cadre d’un marché de construction d’immeubles de la Cnps dans la ville de Douala. Le pactole, à en croire le Tcs, aurait pris la direction d’un compte ouvert au nom de M.Engo  au Crédit Lyonnais à Paris. Nous sommes en mai 1999.L’accusation se fonde sur un Pv de commission rogatoire signée de la juge française Edith Boizette en 2002, laquelle commission rogatoire s’appuie sur les investigations  menée par le capitaine de police Philippe Gérard

Mais selon ses avocats et ses proches, il s’agit d’accusations dénuées de tout fondement qui non seulement ont été classé sans suite en septembre 1999 mais  n’ont pas pu résister aux résultats de commissions rogatoires commandées par la justice camerounaise. Le 24 avril dernier au Tcs, le Parquet s’est rendu compte le rapport de la juge Boizette n’a pas précisé les modalités de transfert des 25 milliards de F Cfa dans le compte de Pierre Désiré Engo. Aussi a t-il requis la libération de l’ex-Dg de la Cnps pour l’ouverture d’un complément d’enquête. Ce qui a été fait le 7 mai dernier. Est ce parce que le complément d’enquête en question a été bouclé que M.Engo est à nouveau attendu au Tcs? nous le saurons jeudi prochain.

Pierre Désiré Engo, du temps où il était en fonction

Pierre Désiré Engo, du temps où il était en fonction

Prisonnier politique selon l’Onu

Inculpé le 3 septembre 1999 pour « trafic d’influence » et « prise d’intérêt dans un acte » et écroué à la prison centrale de Yaoundé,  Pierre Désiré Engo n’a jamais été jugé pour ces chefs d’accusation. Il sera plutôt condamné à 6 mois de prison ferme en février 2000 pour « chèques sans provision », en novembre 2002 à 10 ans de prison ferme pour « complicité de détournement de deniers publics ». La peine sera aggravé de 5 ans (15 ans de prison) en appel en 2005 et confirmé en 2006 par la Cour suprême.

Le 22 juillet 2009, le Comité des droits de l’homme de l’Onu a exigé du pouvoir camerounais la libération immédiate de Pierre Désiré Engo pour « détention arbitraire » tout en faisant de lui un prisonnier politique.  C’est ce qui explique que le Comité de libération des prisonniers politiques au Cameroun(Cl2p), mouvement créé le 3 mai dernier à Paris en France, l’a classé parmi les personnalités dont il défend la cause.

Il faut également souligner que sa liberté provisoire est à mettre à l’actif de son fils, Joël Didier Engo.  Alors qu’il se trouvait au palais de l’Élysée lors de la réception en l’honneur de Michel Thierry Atangana, l’ex-prisonnier français sorti de prison au Cameroun, l’ancien membre de son comité de soutien  a remis une correspondance au président français François Hollande sur la situation judiciaire de son père.

Michel Biem Tong

Louis MBANGA
par Louis MBANGA novembre 17, 2014 18:06 Mise à jour

Abonnez-vous à notre newsletter