Cameroun : Affaire Ambassa Zang : Place à l’audition des témoins de la défense

Louis MBANGA
par Louis MBANGA janvier 28, 2015 18:16 Mise à jour

Cameroun : Affaire Ambassa Zang : Place à l’audition des témoins de la défense

s-AMBASSA-ZANG_face.jpg++++

Les co-accusés de l’ancien ministre des Travaux publics, réfugié politique en France, ont commencé ce mercredi 25 janvier à apporter des éclaircissements sur les accusations de malversations financières portées contre eux.

Tout doucement, l’on s’achemine vers la fin du procès de Dieudonné Ambassa Zang. L’on est entré dans la phase de l’audition des témoins des accusés. Ce mercredi 28 janvier 2015 au tribunal criminel spécial, ce sont les témoins de Bikié Scholastique Henriette Simone, co-accusée de M. Ambassa Zang, qui se sont succédé dans le box à eux dédiés.
Cadre contractuel d’administration, sous-directeur du personnel de la solde au moment des faits, Mme Bikié est accusé d’avoir entre 2005 et 2006, détourné 28 952 000 F Cfa. L’argent, selon l’accusation, était destiné à payer le personnel ayant des matricules mais pour le compte des agents temporaires dépourvus de matricules, sans trace d’émargement de ces derniers.
Autre fait mis à la charge de Dame Bikié, la distraction de 7 672 660 F Cfa dans le cadre du paiement du personnel temporaire alors que le comité de pilotage du Sigipes (système intégré de gestion du personnel de l’Etat et de la solde) n’avait pas fonctionné.
Le ministère des Travaux publics intégré au Sigipes
D’après les explications de M.Atsa Etoundi, chef de la division et de la coordination du Sigipes au ministère de la Fonction publique et témoin de l’accusée, au cours de la période allant de 2005 à 2006, le ministère des Travaux publics faisait partie des 20 administrations au sein desquelles le ministère de la Fonction publique a déployé le Sigipes.
Toujours selon M.Atsa, la mise sur pied d’un comité de pilotage Sigipes était l’une des conditions préalable au déploiement de ce système dans les administrations publiques. D’après ce haut responsable du ministère de la Fonction publique, c’est ce dernier qui doit répondre du fonctionnement du Sigipes et non l’administration concernée.
A en croire M.Amougui Thierry, contrôleur financier en service à la direction générale du budget, un autre témoin de Mme Bikié, il est courant, même si la pratique manque d’orthodoxie, qu’un agent public détenteur d’un matricule solde puisse toucher les frais de mission à la place d’un agent temporaire qui n’a pas droit à un matricule.

ambassaZangréfugiépolitique.jpg ++++
La direction du Trésor détenteur des pièces comptables
Le dernier témoin, Abouem Serges, cadre à la direction générale du Trésor, a indiqué que seul le bénéficiaire d’un paiement est habilité à toucher de l’argent au guichet du Trésor et que l’ordonnateur du paiement ne se rend pas à la caisse pour ledit paiement. D’après ce témoin, toutes les pièces comptables étaient conservées par la direction du Trésor. La cause a été renvoyée au 6 février prochain pour audition des témoins de l’accusé Mengue Meka Raphaël.
Tous les faits imputés à Mme Bikié se sont déroulés au moment où Dieudonné Ambassa Zang n’est plus ministre des Travaux publics depuis le 8 décembre 2004. L’ancien ministre est accusé du détournement de 5 820 645 438 F Cfa à travers la passation d’un marché de gré à gré à une entreprise en déconfiture, l’annulation des indemnités de paiement pour le compte d’une entreprise bénéficiaire d’un marché, le paiement injustifié au profit des membres de commissions de passation de marché.
Des accusations contestées par l’ancien député du Rassemblement démocratique du peuple camerounais, parti au pouvoir. La commission des droits de l’homme de l’Union interparlementaire suit son procès à Yaoundé de très. Tout comme le Comité de libération des prisonniers politiques au Cameroun, mouvement basé en France où M.Ambassa Zang jouit du statut de réfugié politique depuis 2010.
Michel Biem Tong

Louis MBANGA
par Louis MBANGA janvier 28, 2015 18:16 Mise à jour