Cameroun: Après 6 mois: La justice recherche des preuves contre Pierre Désiré Engo

Louis MBANGA
par Louis MBANGA novembre 20, 2014 18:17 Mise à jour

Cameroun: Après 6 mois: La justice recherche des preuves contre Pierre Désiré Engo

l'ancien directeur général de la Caisse nationale de prévoyance sociale

L’ancien directeur général de la Caisse nationale de prévoyance sociale

Au cours de l’audience de ce jeudi 20 novembre, les juges du Tribunal criminel spécial de Yaoundé se sont rendus compte que le complément d’enquête sur le détournement de 25 milliards de F Cfa imputé à l’ancien directeur général de la Caisse nationale de prévoyance sociale n’était pas encore prêt. L’affaire a été reporté à fin février prochain.

Une audience pour rien. L’on est tenté de se demander à quoi aurait  servi la convocation de Pierre Désiré Engo à la barre du Tribunal criminel spécial (Tcs) de Yaoundé ce jeudi 20 novembre 2014 s »il n y avait pas de quoi lui faire donner sa version des faits sur l’accusation de détournement de deniers publics porté contre lui. L’ancien directeur général de la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnps) comparaissait libre.

En effet, les juges du Tcs se sont rendus compte que le complément d’enquête dont l’ouverture avait été décidé le 7 mai dernier n’avait pas encore été exécuté. D’où le renvoi de l’audience au 23 février prochain. C’est au cours de cette audience que le tribunal statuera sur la requête introduite par les conseils de M.Engo, laquelle requête porte sur la levée de l’interdiction de sortie du territoire qui frappe leur client. La Cnps, partie civile au procès, s’est inscrite aux abonnés absents.

Pierre Désiré Engo est accusé d’avoir détourné  25 milliards de F Cfa. Selon l’accusation, il s’agit d’une somme qui aurait été virée en mai 1999 dans le compte de M.Engo au Crédit Lyonnais à Paris  par Six, une entreprise belge. Cette dernière avait bénéficié d’un marché de construction d’immeuble pour le compte de la Cnps. Le parquet du Tcs fonde son accusation sur un rapport de commission rogatoire dressé par la juge française Edith Boizette en 2002.

Engo, prisonnier politique selon l’Onu

A l’audience du24 avril dernier, le ministère public s’est rendu compte que le rapport de la juge Boizette ne définissait pas les modalités de transfert de ces 25 milliards de F Cfa dans le compte bancaire d’Engo. Aussi a t-il requis une liberté provisoire de l’accusé assortie d’une interdiction de sortir du territoire ainsi que l’ouverture d’un complément d’enquête pour en savoir davantage. Le Tcs a donné suite aux réquisitions du parquet le 7 mai dernier.

Au moment où Pierre Désiré Engo sort de prison le 8 mai, il purge à peine près de 15 ans de prison.Depuis le 22 juillet 2009, date à laquelle le Conseil des droits de l’homme de l’Onu a exigé du gouvernement camerounais sa libération immédiate pour détention arbiraire, Pierre Désiré Engo est considéré comme un prisonnier politique. l’ancien Dg de la Cnps fait partie des prisonniers politiques défendus par le Comité de libération des prisonniers politiques au Cameroun (Cl2p), mouvement lancé en mai dernier à Paris.

Michel Biem Tong

Louis MBANGA
par Louis MBANGA novembre 20, 2014 18:17 Mise à jour