Cameroun: Après les attaques d’Afrique Média…: L’Ong Un Monde Avenir soutient le Redhac

Louis MBANGA
par Louis MBANGA mars 15, 2015 15:26 Mise à jour

Cameroun: Après les attaques d’Afrique Média…: L’Ong Un Monde Avenir soutient le Redhac

logo-un-monde-avenir ong

Dans sa note de soutien transmise  aux responsables du Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Redhac), le coordonnateur de l’Ong Un Monde Avenir témoigne son soutien envers cette organisation et fustige le panafricanisme en trompe-l’oeil d’Afrique Média. 

Les menaces proférés par des panélistes de la chaîne de télévision Afrique Média à l’encontre des dirigeants du Redhac continue de faire des vagues dans l’univers des défenseurs des droits de l’homme. Dans une correspondance transmise récemment à ce réseau des défenseurs des droits de l’homme en Afrique centrale, le coordonnateur de l’Ong Un Monde Avenir, Phillipe Nanga a fait part de ses encouragements au Redhac pour sa persévérance face à l’adversité: « si les multiples casses et cambriolages dont vous avez été victimes ne vous ont pas découragé, ce ne sont pas les peintures circonstancielles qui vont y arriver« , souligne le patron de cet organisme de défense des droits de l’homme.

Aux panélistes de cette chaîne de télé dite panafricaniste qui semble se méprendre sur le Rédhac, Un Monde Avenir, qui les qualifie de « personnes atteintes d’amnésie » leur rappelle que : »  le Réseau des Défenseurs des Droits Humains (REDHAC) est composé des coalitions nationales, des associations et ONG des Droits Humains et d’autres défenseurs tels les journalistes, les avocats, etc. et que ce réseau couvre huit pays, avec pour objectif ; – Renforcer les capacités des défenseurs des Droits Humains ; – Assurer la protection et la sécurité des défenseurs des Droits Humains ; – Mener des plaidoyers auprès des décideurs et des partenaires pour la reconnaissance du statut du défenseur des Droits Humains ».

S’agissant du panafricanisme dont se proclame Afrique Média, Un Monde Avenir se dit surpris de ce que la chaîne de télé attribue tous les maux dont souffre l’Afrique à l’ancien colonisateur alors que, d’après Phillipe Nanga, «  le colon a changé de couleur il y a belle lurette. Il a désormais la peau noire. Oui ! il ne s’appelle plus l’étranger. C’est le cousin ou la cousine du village, qui crée les medias, les écoles, les églises, dans le seul but de contrôler l’espace public, par la manipulation des consciences. »

Rappelons que dans le cadre des émissions de débat diffusé par Afrique Média fin février début mars, les responsables du Redhac tels que la directrice exécutive, Maximilienne Ngo Mbe et la Présidente du Conseil d’Administration, Me Alice Nkom, ont été injurié et même menace de mort par certains panélistes régulièrement invités à ces émissions.

Michel Biem Tong

 

Voici l’intégralité de la note de soutien de Un Monde Avenir au Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique Centrale

NOTE DE SOUTIEN AU REDHAC

Un Monde Avenir vient par cette note, marquer son soutien au REDHAC et par la même occasion son indignation après avoir lu la note du REDHAC relative aux propos haineux et calomniateurs proférés par certaines personnes d’une certaine chaîne de télévision que nous trouvons indigne de citer ici. Au regard des valeurs universelles, nous gardons le respect envers ces personnes qui ont choisis de soutenir la dictature, la trahison, la répression et l’infamie. Oui ! Nous gardons néanmoins le respect envers ces personnes qui, certainement atteintes d’amnésie, confondent nationalisme et panafricanisme avec trahison, dictature et gabegie. Ces personnes qui, chaque jour, commettent l’horreur de présenter ceux qui hier, ont servi et œuvrer fortement à la création des Etats marchandises, en signant des accords jamais rendus publics qui hypothèquent toutes possibilités d’émergence individuelle ou collective, comme étant des panafricanistes. Mon Dieu ! de quoi faire retourner dans leurs tombes, ces valeureuses et valeureux citoyennes et citoyens qui ont fait le sacrifice suprême en payant de leur vie, pour que nous soyons aujourd’hui en mesure de dire Notre Afrique, Notre Pays.

Nous gardons le respect envers ces personnes qui n’ont pas cru devoir se renseigner, pour savoir que le Réseau des Défenseurs des Droits Humains (REDHAC) est composé des coalitions nationales, des associations et ONG des Droits Humains et d’autres défenseurs tels les journalistes, les avocats, etc. et que ce réseau couvre huit pays, avec pour objectif ; – Renforcer les capacités des défenseurs des Droits Humains ; – Assurer la protection et la sécurité des défenseurs des Droits Humains ; – Mener des plaidoyers auprès des décideurs et des partenaires pour la reconnaissance du statut du défenseur des Droits Humains. Notre engagement en tant que défenseurs et éducateurs aux Droits Humains nous impose de comprendre ces personnes qui elles, n’ont pas compris que le colon a changé de couleur il y a belle lurette. Il a désormais la peau noire. Oui ! il ne s’appelle plus l’étranger. C’est le cousin ou la cousine du village, qui crée les medias, les écoles, les églises, dans le seul but de contrôler l’espace public, par la manipulation des consciences. Oui ! gardons le respect envers ces personnes, qui ont sans doute leur conscience juste en dessous de la poitrine, et a qui ont fait dire que le chômage endémique, l’institutionnalisation des emplois précaires, la corruption généralisée, les coupures intempestives d’électricité, la rareté d’eau potable, l’accès difficile à l’éducation et à la santé ne sont que des produits importés d’Europe et d’Amérique. Quelle hérésie ?

 

Citoyennes et citoyens du REDHAC, Mme la directrice Exécutive, Mme la PCA, si les multiples casses et cambriolages dont vous avez été victimes ne vous ont pas découragé, ce ne sont pas les peintures circonstancielles qui vont y arriver. Le respect que nous gardons envers ces personnes ne nous empêchent pas de nous indigner de ce que ces personnes refusent de comprendre que, si elles ont choisi de défendre la dictature, la répression et l’imposture, d’autres comme les responsables du REDHAC et bien d’autres encore, ont choisis de dénoncer la dictature, la répression et l’imposture. Reste maintenant à ceux qui ont reçu mandat de protéger tous les Camerounais de prendre leur responsabilité.

Le Coordinateur Philippe NANGA

Louis MBANGA
par Louis MBANGA mars 15, 2015 15:26 Mise à jour

Abonnez-vous à notre newsletter