Cameroun: Arbitraire: Le Comité Catholique contre la Faim appelle à la libération de Jean Marc Bikoko

Louis MBANGA
par Louis MBANGA septembre 22, 2015 11:16

Cameroun: Arbitraire: Le Comité Catholique contre la Faim appelle à la libération de Jean Marc Bikoko

L’Ong française s’émeut de la situation du point focal de la Plate-forme des organisations de la société civile Dynamique Citoyenne, en garde-à-vue administrative depuis le 15 septembre dernier. Jean Marc Bikoko est accusé d’avoir organisé des manifestations sans autorisation. Le Syndicat national des journalistes du Cameroun, de son côté, en appelle à la libération de François Fogno Fotso, journaliste interpellé dans ces mêmes circonstances.

L’arrestation brutale et le placement en garde-à-vue administrative de 15 jours de Jean Marc Bikoko et d’autres membres de la plate-forme d’organisation de la société civile Dynamique Citoyenne  le 15 septembre dernier à Yaoundé n’est pas sans émouvoir à l’international. Dans une alerte publiée sur son site internet, le Comité catholique contre la faim et pour le développement-Terre solidaire (Ccfd-Terre solidaire), une Ong française, s’insurge contre la répression policière qui s’est abattu sur ces membres de la coalition Tournons la page.

En effet, dans le cadre de la célébration de la journée internationale de la démocratie le 15 septembre 2015,  Jean Marc Bikoko et ses membres  était sur le point de lancer une campagne internationale baptisée « Tournons la page » qui consistait à appeler à l’alternance au sommet de certains Etats, donc le Cameroun. Des policiers et gendarmes ont fait irruption dans la salle des conférences et ont embarqué de force Jean Marc Bikoko et d’autres membres de Dynamique Citoyenne.

bikoko

Snjc

Ccfd-Terre solidaire craint que cette garde-à-vue administrative de 15 jours s’inscrive dans le droit fil de l’application de la loi anti-terroriste de décembre 2014: « Ces arrestations… se déroulent dans un contexte d’atteintes de plus en plus fortes à la liberté d’association et d’opinion au Cameroun, notamment au nom de la lutte contre le mouvement terroriste Boko Haram, qui s’est traduit par l’adoption d’une loi anti-terroriste liberticide ». L’Ong française s’apprêterait à saisir l’ambassadrice de France au Cameroun afin qu’elle fasse pression pour les autorités camerounaises pour la libération de Jean Marc Bikoko et des membres de Dynamique citoyenne aux arrêts.

Dans le même temps, le Syndicat national des journalistes camerounais (Snjc) a , dans un communiqué, appelé à la libération immédiate de François Fogno Fotso, directeur de publication de Génération Libre. Ce dernier a été arrêté alors qu’il prenait les images de la sévère répression qui s’abattaient sur Bikoko et les siens. Ces derniers sont actuellement au Groupement mobile d’intervention N°1 de Yaoundé.

hurinews.com

Louis MBANGA
par Louis MBANGA septembre 22, 2015 11:16