Cameroun: Attentats de Maroua: L’AIDH soutient l’armée camerounaise

Louis MBANGA
par Louis MBANGA juillet 24, 2015 12:44

Cameroun: Attentats de Maroua: L’AIDH soutient l’armée camerounaise

L’Association internationale des Droits de l’Homme, une ONG basée à Paris, en appelle également à la coalition des pays touchés par le phénomène Boko Haram afin de venir à bout de cette secte islamiste. L’intégralité du communiqué.

L’A.I.D.H condamne sans réserve le massacre des innocents survenu le 22 juillet à Maroua (Cameroun).

Depuis quelques mois, le Cameroun est victime des assauts de groupes armés au nord du pays et les premières victimes sont malheureusement des civils innocents.

Comment expliquer cette répétition d’actes criminels ? Comment en est-on arrivé à de telles extrémités ?

Ces scènes d’horreurs que l’on voie dans d’autres pays touchent aujourd’hui le Cameroun et les pays voisins, l’A.I.D.H le déplore.
Notre compassion aux familles des victimes et à la nation camerounaise toute entière.

Le Cameroun, le Tchad, la Centrafrique, le Nigeria, les deux Congo, le Gabon la Guinée Equatoriale… se doivent de bâtir une solide coalition pour faire face à ces groupes armés qui ont un mépris  total des vies humaines. Un soutien franc et massif des puissances occidentales en l’occurrence, la France, les États-Unis et le Royaume-Uni est plus que jamais nécessaire.

Maroua php
Aujourd’hui, les moyens modernes dont disposent ces puissances occidentales permettraient de sécuriser les zones de conflits et leurs populations où qu’elles se trouvent.
Celles-ci sont terrorisées et pire, les jeunes filles sont enlevées et utilisées comme bombe humaine alors même qu’elles sont censées donner la vie !

Il y a de cela bien longtemps que le peuple camerounais n’avait pas connu de telles atrocités, celles-ci remontent à la répression des indépendantistes  Camerounais   avant et après l’indépendance du pays (1960).

Dans cette guerre déclarée, l’A.I.D.H soutient bien évidemment les jeunes soldats camerounais qui risquent leur vie tous les jours pour assurer la sécurité des populations.

Certes, la répression des groupes armés est fondamentale dans cette lutte cependant, elle ne doit pas être la seule voie de recours. D’autres solutions sont à trouver en amont afin que ces individus retrouvent leur humanité.

Posons-nous donc des bonnes questions nous permettant de trouver des solutions judicieuses et pérennes.
Comment naissent ces groupes armés ? Et ces jeunes gens qui viennent grossir les rangs ? Qui sont-ils ?
Comment récupérer cette jeunesse désœuvrée, misérable, sans espoir, sans rêve ?

Ce questionnement a besoin de réponses afin que l’individu puisse vivre et circuler sans appréhension.

Paris, le 23 Juillet 2015

Louis MBANGA
par Louis MBANGA juillet 24, 2015 12:44

Abonnez-vous à notre newsletter