Accueil»Dernières Infos»Cameroun : Autoroute Yaoundé-Douala : Près de 360 millions de F CFA détournés dans l’indemnisation des riverains

Cameroun : Autoroute Yaoundé-Douala : Près de 360 millions de F CFA détournés dans l’indemnisation des riverains

0
Partages
Pinterest Google+

C’est du moins le constat fait par la Commission nationale anti-corruption (Conac) dans son rapport sur l’état de la corruption en 2015. Le document a été présenté ce jeudi 29 décembre à Yaoundé. La CONAC prescrit le déclenchement des poursuites judiciaires contre les auteurs de malversations financières.

Le malheur des populations du village Lobo (centre) fait le bonheur des autorités locales. Pendant que les premières trinquent en attente de sommes conséquentes suite à la destruction de leurs habitations et plantations du fait des travaux de construction de l’autoroute Yaoundé-Douala, les secondes s’en donnent à cœur joie dans ce processus d’indemnisation.

Cette triste réalité apparait en filigrane dans le 6e rapport de la Commission nationale anti-corruption (Conac) sur l’état de la lutte contre la corruption au Cameroun en 2015. La cérémonie de présentation dudit rapport a eu lieu ce jeudi 29 décembre 2016 à Yaoundé.

lobo
Les déguerpis de Lobo, dans l’attente de leurs indemnisations

Surévaluation des biens à indemniser

Le rapport 2015 de la Conac fait état d’un différentiel entre le montant des indemnisations avancées par la sous-commission technique des constats et évaluation des biens qui est de 775 820 500 F CFA et le chiffre produit par l’expertise de la Conac qui est de 417 129 600 F CFA. Soit un grand écart de 358 690 900 F CFA du fait de la surévaluation des biens à indemniser par la sous-commission technique.

La Conac, après investigations, a également constaté que le Sous-Préfet de Lobo, le Maire et le Délégué d’arrondissement de l’Agriculture de cette localité détiennent des lots sur l’emprise de l’autoroute Douala-Yaoundé qu’ils ont reçu de leurs administrés. Ce, en violation de la circulaire N°003/CAB/PR du 8 février 1982 qui interdit aux autorités administratives et municipales l’acquisition des terres sur le domaine national sans autorisation préalable.

rapport-conac-1

Détournements de deniers publics

Face à toutes ces anomalies, la Conac recommande l’application stricte de la circulaire suscitée, la reprise du processus d’évaluation des biens à indemniser par une nouvelle sous-commission technique, le déclenchement des poursuites administratives et judiciaires contre les contrevenants pour délits d’initié, faux et usage de faux, tentative de détournements de deniers publics, détournements de deniers publics, etc.

hurinews.com  

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun : Droits civils : Le rôle trouble du patron de la police dans une famille endeuillée

Article suivant

Cameroun : Corruption : Le directeur de l’hôpital général de Yaoundé accusé de fractionnement des marchés