Cameroun : Boko Haram/Crise anglophone : Des détenus interdits de visites jusqu’au 30 juillet

Louis MBANGA
par Louis MBANGA juillet 16, 2017 12:20

Cameroun : Boko Haram/Crise anglophone : Des détenus interdits de visites jusqu’au 30 juillet

Grandes Lignes

  • Dans un communiqué, le Réseau des défenseurs des droits humains dénonce la fouille systématique dont ont été victime des détenus dans le cadre de la lutte contre Boko Haram et de la répression de la crise anglophone.

Articles Similaires

Dans un communiqué, le Réseau des défenseurs des droits humains dénonce la fouille systématique dont ont été victime des détenus dans le cadre de la lutte contre Boko Haram et de la répression de la crise anglophone.

Me Abdoulaye Harissou (notaire), M. Aboubakar Siddiki (opération économique), M. Ramat Moussa (Maire de Fotokol [Extrême-Nord]), M. Ahmed Abba (Journaliste de RFI), Me Agbor Nkongho Balla (avocat) et Dr Fontem Neba (universitaire) dans de sales draps à la prison principale de Yaoundé.

D’après un communiqué du Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Redhac) parvenu à notre rédaction, ces détenus de la crise anglophone (pour les deux derniers) et de la lutte contre Boko Haram (pour les autres) ont été le 8 juillet dernier victimes de « traitements cruels inhumains et dégradants » de la part des autorités de ce pénitencier.

prisonniers politiques au cameroun 0

Des détenus politiques camerounais parmi lesquels Me Abdoulaye Harrissou et Aboubacary Sidiki

En effet, d’après le Redhac, ces détenus ont été fouillés sur ordre du régisseur de la prison principale de Yaoundé et délestés de sommes d’argent. Ils ont été par la suite, selon le communiqué, frappé de 24 jours d’isolement pendant lesquels ils seront privés de visite.

Le Réseau condamne cette forme de « torture » qui d’après lui viole les articles 5 de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples et 7 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques. Le Redhac invite les autorités pénitentiaires à restituer leurs biens et à les rétablir dans leurs droits de visites.

hurinews.com

Louis MBANGA
par Louis MBANGA juillet 16, 2017 12:20