Cameroun: Cambriolage à la Commission des droits de l’homme: Le Redhac interpelle le Gouvernement

Louis MBANGA
par Louis MBANGA avril 3, 2015 08:15 Mise à jour

Cameroun: Cambriolage à la Commission des droits de l’homme: Le Redhac interpelle le Gouvernement

Dans un communiqué publié récemment, le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique Centrale invite les autorités camerounaises à ouvrir une enquête et à renforcer la sécurité des locaux abritant la Commission nationale des droits de l’homme et des libertés à Yaoundé. 

Dans la nuit du 16 au 17 mars dernier, le siège de la Commission nationale des droits de l’homme à Yaoundé recevait la visite des malfrats qui ont mis à sac une partie du mobilier de cette institution. Pourtant, fait remarquer le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Redhac),   « la Commission Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés (CNDHL), qui vient de subir ce cambriolage, comme d’autres Associations et ONG par le passé, n’a pas de fonds dans leurs bureaux. Elle n’a que du matériel de travail et des dossiers relatifs aux violations des Droits de l’homme », peut-on lire dans un communiqué rendu public le 1er avril dernier.

le président de la Commission nationale des droits de l'homme et des libertés, Chemuta Divine Banda, lors de la cérémonie

le président de la Commission nationale des droits de l’homme et des libertés, Chemuta Divine Banda, lors de la cérémonie

D’après le Redhac, ce cambriolage mérite d’être condamné avec la dernière énergie. L’organisme de défense des droits de l’homme a par ailleurs invité les autorités camerounaises  à :« D’ouvrir et mener minutieusement une enquête impartiale afin que les suspects soient
identifies et punis ; – De doter la CNDHL des moyens adéquats pour son travail ; – D’assurer la sécurité des locaux de la CNDHL et de tout son Staff en temps réel ». 

La Rédaction

L’INTÉGRALITÉ DU COMMUNIQUE DU REDHAC

Douala-Yaounde-Cameroun : Dans la nuit du 16 au 17 Mars 2015,les locaux de la Commission Nationale des Droits de
l’Homme et des Libertés (CNDHL) basée à Yaoundé ont été cambriolés par des inconnus qui ont passé au peigne fin les armoires et cassant d’autres.

La Commission Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés (CNDHL) est le miroir du Cameroun en matière des Droits de l’homme.Le cambriolage de ses locaux doit être dénoncé et condamné avec toute l’énergie, car cet acte en soi constitue une atteinte grave à l’intégrité d’une institution centrale pour le système national des Droits de l’Homme.

Tout le monde sait en effet que la Commission Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés (CNDHL), qui vient de subir ce cambriolage, comme d’autres Associations et ONG par le passé, n’a pas de fonds dans leurs bureaux. Elle n’a que du matériel de travail et des dossiers relatifs aux violations des Droits de l’homme.

Pour sa part, le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC):

– Dénonce et condamne avec fermeté ce cambriolage ;
– Apporte tout son soutien au Président CHEMUTA Divine Banda et à tout son staff.
Demande aux autorités Camerounaises :
– D’ouvrir et mener minutieusement une enquête impartiale afin que les suspects soient
identifies et punis ;
– De doter la CNDHL des moyens adéquats pour son travail ;
– D’assurer la sécurité des locaux de la CNDHL et de tout son Staff en temps réel.
Fait à Douala le 1er Avril 2015

Louis MBANGA
par Louis MBANGA avril 3, 2015 08:15 Mise à jour

Abonnez-vous à notre newsletter