Cameroun: Comptes publics: La Chambre des comptes déplore des manquements dans la loi des finances de 2011

Louis MBANGA
par Louis MBANGA décembre 17, 2014 19:20 Mise à jour

Cameroun: Comptes publics: La Chambre des comptes déplore des manquements dans la loi des finances de 2011

le rapport en question

le rapport en question

Dans son rapport de 2012 rendu public ce mercredi 17 décembre à Yaoundé, la Chambre des comptes de la Cour suprême a constaté un faible taux d’exécution de la dépenses publique, notamment dans le cadre de la décentralisation.

9,55%. Bien moindre pour ce qui est de l’exécution des dépenses relatives à la  loi des finances de 2011, dans le cadre du Programme d’appui à la décentralisation et au développement local (Paddl). C’est du moins ce que laisse croire la Chambre des comptes de la Cour suprême dans son rapport de 2012. Le document a été officiellement présenté au public ce mercredi 17 décembre au Hilton Hotel de Yaoundé.

Selon le rapport, le projet de loi de règlement de 2011 a affecté une dotation dont le montant s’élève à 2 milliards de F Cfa au Paddl. Mais la Chambre des comptes déplore que « seul 289 656 000 F Cfa ont été ventilés aux dix régions (du Cameroun,ndlr) », peut-on lire à la page 131 de ce rapport annuel. Par ailleurs, le rapport souligne que sur les 289 656 000 F Cfa, 191 031 000 F Cfa ont été exécutés dans les régions.

La Chambre des comptes n’a pas caché son insatisfaction dans la gestion des dotations allouées aux institutions étatiques telles que l’Assemblée nationale, Elections Cameroon (l’organe de gestion des élections au Cameroun), la Commission nationale des droits de l’homme et des libertés, etc. Selon le ministère des Finances, les dépenses au profit de ces institutions ont été réalisé à 100%. Mais d’après ce qu’il ressort du rapport de 2012, La Chambre des comptes aurait voulu en savoir davantage sur le niveau d’exécution des dépenses dans chaque entité.

Ecam Placage

le président de la Chambre des comptes, Marc Ateba Ombala, en plein discours d'ouverture

le président de la Chambre des comptes, Marc Ateba Ombala, en plein discours d’ouverture

Le rapport de 2012 s’attarde également sur la gestion de certaines sociétés parapubliques. C’est le cas d’Ecam Placage. La Chambre des comptes a reproché au directeur général de cette société ou l’Etat (en réalité la société nationale d’investissement) est actionnaire à 30% d’avoir en mars 2004 signé une convention de prêt avec Afriland First bank sur un montant de 150 millions de F Cfa pour l’achat d’un séchoir d’occasion.  sans une habilitation du Conseil d’administration qui, elle, n’est intervenue que 3 mois après.

Présidée par le président de la Chambre des comptes, Marc Ateba Ombala, cette cérémonie a vu la participation des magistrats, des responsables de tribunaux et Cours d’appels ainsi que de nombreux cadres de l’administration, notamment financière. Mise en place en 2006, La Chambre des comptes a pour vocation de passer au peigne fin les comptes des administrations, organismes et sociétés publiques.

Michel Biem Tong

 

Louis MBANGA
par Louis MBANGA décembre 17, 2014 19:20 Mise à jour

Abonnez-vous à notre newsletter