Cameroun : Crise anglophone : Au moins 500 détenus « entassés » dans des prisons

Louis MBANGA
par Louis MBANGA octobre 14, 2017 08:08

Cameroun : Crise anglophone : Au moins 500 détenus « entassés » dans des prisons

Grandes Lignes

  • C’est le constat fait par Amnesty International près de deux semaines après la répression des manifestations du 1er octobre dernier relatives à la proclamation de l’indépendance symbolique du Southern Cameroon.

Articles Similaires

C’est le constat fait par Amnesty International près de deux semaines après la répression des manifestations du 1er octobre dernier relatives à la proclamation de l’indépendance symbolique du Southern Cameroon.

« Plus de 500 détenus parqués comme des sardines dans les prisons dont celles de Bafoussam, Buea et de Bamenda », peut-on lire dans un communiqué rendu public ce 13 octobre 2017 par Amnesty International. D’après l’ONG, il s’agit des personnes arrêtées dans le cadre des manifestations du 1er octobre dernier liées à la proclamation de l’indépendance symbolique du Southern Cameroon. Ces arrestations ont entraîné un engorgement des prisons, souligne l’ONG.

D’après Amnesty, au moins 100 personnes ont été interpellées au lieu-dit Mile 16 à Buea alors qu’elles se rendaient à l’église. Plus de 20 personnes, selon l’ONG, ont été abattues par les forces de sécurité. Des blessés admis dans des hôpitaux, lit-on dans le communiqué, se sont sentis obligés de quitter leur lit d’hôpital pour échapper à une arrestation par la police.

Crise-anglophone-Cameroun-604x264Sécession

Les personnes arrêtées ont été inculpées qui de « sécession », qui de « destruction de biens publics », qui de « défaut de carte d’identité » qui de « non-respect des ordres du gouverneur ».

« Ces arrestations massives des manifestants qui marchaient pacifiquement est non seulement une violation des droits de l’homme mais aussi contre-productive », indique Ilaria Allegrozzi, chercheuse à Amnesty International’s dans la region du Lac Tchad.

Amnesty International appelle les forces de sécurité à mettre fin à ces arrestations arbitraires et à permettre aux blessés l’accès aux soins sans aucune crainte.

hurinews.com

 

 

Louis MBANGA
par Louis MBANGA octobre 14, 2017 08:08