Cameroun : Drame d’Eseka : Le rapport d’enquête prescrite par Paul Biya accuse le Groupe Bolloré

Louis MBANGA
par Louis MBANGA mai 23, 2017 19:07 Mise à jour

Cameroun : Drame d’Eseka : Le rapport d’enquête prescrite par Paul Biya accuse le Groupe Bolloré

Grandes Lignes

  • Rendu public ce mardi 23 mai en fin d’après-midi à la la radio d’Etat, le rapport accuse la société Camrail, contrôlée par le célèbre homme d’affaire français Vincent Bolloré, d’avoir mis en circulation un train roulant à une vitesse anormale.

Articles Similaires

Rendu public ce mardi 23 mai en fin d’après-midi à la la radio d’Etat, le rapport accuse la société Camrail, contrôlée par le célèbre homme d’affaire français Vincent Bolloré, d’avoir mis en circulation un train roulant à une vitesse anormale.

La société Camrail mise en cause dans la catastrophe ferroviaire survenue le 21 octobre 2016 à Eseka. C’est ce qui ressort du rapport d’enquête du gouvernement dont le contenu a été dévoilé ce mardi 23 mai 2017 en fin d’après-midi à la Crtv, la radio d’Etat. La commission d’enquête recommande que le rapport soit transmis à la justice et que les responsables soient sanctionnés.

D’après ce rapport, la société Camrail a mis en circulation un train présentant de nombreuses défaillances techniques et qui roulait à une vitesse élevée. Soit 96 km/h sur une voie ferrée qui n’en supporte qu’une quarantaine. Camrail est contrôlée majoritairement par la société Bolloré Africa Logistics, une multinationale appartenant à l’emblématique homme d’affaires français Vincent Bolloré.

Au regard de toutes ces défaillances, le rapport d’enquête prescrit un audit du contrat de concession par l’Etat du Cameroun en 1999 de la gestion du transport ferroviaire au groupe Bolloré. Le rapport recommande également au groupe Bolloré de poursuivre le processus d’indemnisation des victimes de la catastrophe et leurs ayants-droits.

eseka

Des images de la catastrophe d’Eseka

1 milliard de F CFA pour soutenir les victimes

A ce propos, le rapport fait état du déblocage prochain, sur instructions du chef de l’Etat, Paul Biya,  d’un montant de 1 milliard de F CFA. Le président camerounais a également prescrit l’érection d’un monument à Eseka en la mémoire des victimes de cette catastrophe ferroviaire.

Le 25 octobre 2016, le chef de l’Etat a créé une commission d’enquête sur la catastrophe ferroviaire d’Eseka. Après des auditions et des descentes sur le terrain, la commission présidée par le Premier Ministre, Philemon Yang, a rendu sa copie à Paul Biya le 24 novembre 2016.

Le bilan officiel de ce drame est de 75 morts. Mais la société civile table sur une centaine de morts.

hurinews.com

Louis MBANGA
par Louis MBANGA mai 23, 2017 19:07 Mise à jour

Abonnez-vous à notre newsletter