Cameroun: Injustice: Le gouvernement suspend le salaire d’un syndicaliste

Louis MBANGA
par Louis MBANGA novembre 21, 2014 10:41 Mise à jour

Cameroun: Injustice: Le gouvernement suspend le salaire d’un syndicaliste

Thomas Messanga Ngono

Thomas Messanga Ngono

Le ministère de l’Éducation de base justifie cette suspension du salaire de Thomas Messanga Ngono depuis 18 mois par son absence irrégulière. Pour le leader du Syndicat national des instituteurs contractuels et maitres des parents (Snicomp), c’est son engagement syndical qui gène.

La décision est tombée le 18 mars 2013 :« est constaté à compter du 1er janvier 2007, l’absence irrégulière de Monsieur Messanga Ngono Thomas…en service à l’Ecole primaire publique de Nkol-Angoung, arrondissement d’Okola, département de la Lekié ». Conséquence : »le présent arrêté (préfectoral, ndlr) …emporte suspension de la solde de l’intéressé ».

Pour le président du Syndicat national des instituteurs contractuels et maitres des parents, cette décision du préfet de la Lékié prise en exécution des instructions du ministère de l’Education de base s’appuie sur des raisons fantaisistes: »premièrement, au moment  où cette décision a été prise, je ne suis plus en service à l’Ecole primaire publique de Nkol-Angoung mais dans une école primaire situé dans l’arrondissement d’Obala où j’ai été affecté en 2005 et où j’étais régulièrement présent, deuxièmement, pourquoi ce n’est que 6 ans après que le ministre constate que je suis absent de mon poste? », s’étonne Thomas  Messanga Ngono.

Pour cet instituteur contractuel qui a organisé plusieurs sit-in et marches pacifiques pour le recrutement des instituteurs contractuels, la suspension de son salaire depuis bientôt 18 mois n’a rien de fortuitl »en début février 2013, alors que les membres des syndicats des enseignants étaient en pourparler avec des membres du Gouvernement en vue d’apporter des solutions aux revendications des enseignants, j’ai refusé d’apposer ma signature sur un document qui n’allait pas dans l’intérêt des instituteurs contractuels que je défendait. C’est ce qui m’a valu cet acharnement ».

La note qui suspend le salaire de Messanga Ngono

La note qui suspend le salaire de Messanga Ngono

Mutisme côté Minedub

Au ministère de l’Éducation de base (Minedub), nous avons joint au téléphone il y a quelques semaines, le directeur des ressources humaines, M.Paul Valentin Emok. Interrogé sur ce problème, ce dernier a d’abord souligné que « M.Messanga Ngono est un agent public et il sait à quoi on s’expose quand on est absent de façon irrégulière et connait la procédure qu’il faille suivre en cas de contestation ». Mais lorsque le reporter lui fait remarquer que ce n’est que 7 ans plus tard que le ministère constate l’absence à son poste d’un instituteur, il se rétracte: « Ecoutez, je ne vais parler de tout celà au téléphone, revoyons nous plus tard car en ce moment je suis en plein séminaire ». Nous avons tenté plusieurs fois de rencontrer ce haut responsable du Minedub à son bureau. Sans succès. Il ne s’y trouvait toujours pas.  Au cours d’une dernière conversation téléphonique, M.Emok nous a fait comprendre une fois de plus qu’il ne voulait pas discuter de ce problème au téléphone.

Pour faire valoir ses droits,  le syndicaliste dit être en train de préparer un recours gracieux pour attaquer l’arrêté préfectoral devant un tribunal administratif. M.Messanga Ngono serait également sur le point de saisir le Bureau international du travail. En attendant, l’enseignant survit grâce aux aides financières que lui font parvenir ses camarades du syndicat, à des âmes charitables et à quelques vacations dans une école primaire située au quartier Nlongkak à Yaoundé.

Michel Biem Tong

Louis MBANGA
par Louis MBANGA novembre 21, 2014 10:41 Mise à jour