Cameroun : Justice : François Hollande suit le procès du prisonnier politique Marafa H.Yaya

Louis MBANGA
par Louis MBANGA mai 4, 2016 18:48 Mise à jour

Cameroun : Justice : François Hollande suit le procès du prisonnier politique Marafa H.Yaya

Grandes Lignes

  • Dans une lettre adressée récemment à Action Solidaire pour Marafa, le président français, François Hollande a rassuré cette association basée en Belgique de ce que la France suit le procès de l’ancien ministre camerounais de l’Administration territoriale à Yaoundé.

Articles Similaires

Dans une lettre adressée récemment à Action Solidaire pour Marafa, le président français, François Hollande a rassuré cette association basée en Belgique de ce que la France suit le procès de l’ancien ministre camerounais de l’Administration territoriale à Yaoundé.

Marafa Hamidou Yaya peut compter désormais sur le soutien des autorités françaises. En guise de réponse à une correspondance que lui a transmise l’Action solidaire pour Marafa (Asma) fin février dernier, le président français, François Hollande fait savoir à cette association camerounaise basée en Belgique que la France est attentive à la situation de Marafa Hamidou Yaya, reconnu comme prisonnier politique par la communauté internationale.

Dans l’accusé de réception transmis le 18 avril dernier à l’Asma, la chef de cabinet du président français indique que « la situation de Monsieur Marafa Hamidou Yaya ainsi que les condamnations dont il a fait l’objet sont…suivies avec attention par notre ambassade à Yaoundé ».

lettre_francois_hollande_asma

Procès équitable

François Hollande, à travers cette correspondance et au nom de la coopération bilatérale entre la France et le Cameroun, en appelle au respect des droits de Marafa Hamidou Yaya notamment celui à un procès équitable et à la défense tels que prescrit par les conventions internationales ratifiées aussi bien par la France que par le Cameroun.

 

Marafa Hamidou Yaya

Marafa Hamidou Yaya

Marafa Hamidou Yaya est incarcéré au secrétariat d’Etat à la défense à Yaoundé, les bureaux du patron de la gendarmerie nationale à Yaoundé. Il a été condamné à 25 ans de prison le 22 septembre 2012 pour « complicité intellectuelle » de détournements de deniers publics dans le cadre de l’achat foireux d’un avion présidentiel en 2001. Le procès de celui qui fut secrétaire général à la présidence au moment des faits est en cours à la Cour suprême.

hurinews.com

Louis MBANGA
par Louis MBANGA mai 4, 2016 18:48 Mise à jour