Cameroun : Justice : Issa Tchiroma confirme le caractère politique de l’Opération Epervier

Louis MBANGA
par Louis MBANGA mars 11, 2016 12:13 Mise à jour

Cameroun : Justice : Issa Tchiroma confirme le caractère politique de l’Opération Epervier

Le point de presse du porte-parole du gouvernement de ce jeudi 10 mars 2016 au sujet des poursuites judiciaires engagées contre certains ex-gestionnaires de la fortune publique depuis 10 ans pose un problème de l’immixtion de l’exécutif dans les affaires judiciaires et illustre à suffisance que l’Opération Epervier est une affaire d’Etat.

La prise de parole d’Issa Tchiroma valait-elle la peine ? Au cours d’une conférence de presse ce jeudi 10 mars 2016 à Yaoundé, le ministre de la Communication s’est contenté de nier les arrière-pensées politique de l’opération anti-corruption lancé depuis 2006 au Cameroun. D’après Issa Tchiroma, il ne s’agit pas d’une opération d’épuration politique et les victimes de cette campagne d’assainissement des mœurs ne sont pas des prisonniers politiques. Bien plus, être un ancien ministre ou  un ancien député du parti au pouvoir et affronter Paul Biya ne saurait vous faire risquer la prison. Soit !

Seulement, que pense Issa Tchiroma des rapports bâclés du Contrôle supérieur de l’Etat (Consupe) qui sont balancés comme du bois mal fagoté sous la barbe des magistrats du Tribunal criminel spécial (Tcs) ? Que dit-il de l’ancien ministre des Travaux publics, Dieudonné Ambassa Zang dont le procès et la condamnation à vie par contumace en juin 2015 se sont appuyés sur les rapports d’enquête du Consupe toujours en étude devant le Conseil de discipline budgétaire et financière de cette instance ? Que dit-il de ces justiciables comme Jean les anciens ministres Marie Atangana Mebara, Olanguena Awono,Polycarpe Abah Abah, l’homme d’affaires Yves Michel Fotso,  victimes d’un véritable rouleau compresseur judiciaire qui consiste à les poursuivre dans le cadre de plusieurs affaires à la fois ?

tchiroma opération épervier

le porte-parole du Gouvernement, Issa Tchiroma Bakary

 

Pourquoi Issa Tchiroma, sous le prétexte du risque de violer le secret de la procédure, n’a pas brandit une seule preuve établie par le Tribunal criminel spécial contre toutes les victimes de l’opération Epervier ? Depuis le 24 septembre 2012, la Cour suprême ne s’est toujours pas prononcé sur le pourvoi de Marafa Hamidou Yaya, pourquoi ? Le fait pour le gouvernement-à travers son porte-parole de s’immiscer ainsi dans les affaires judiciaires n’est-il pas la preuve que l’opération Epervier est une affaire d’Etat, donc, une affaire politique ? C’est peu dire si Issa Tchiroma a manqué une occasion de se taire.

Michel Biem Tong

L’intégralité de la déclaration du ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, au sujet de l’opération dite Epervier

Louis MBANGA
par Louis MBANGA mars 11, 2016 12:13 Mise à jour

Abonnez-vous à notre newsletter