Cameroun: Justice: La société Fipcam perd son procès en diffamation contre un journaliste

Louis MBANGA
par Louis MBANGA février 6, 2017 14:10 Mise à jour

Cameroun: Justice: La société Fipcam  perd son procès en diffamation contre un journaliste

Grandes Lignes

  • La justice a débouté vendredi,03 février 2017, la société forestière Fipcam et son Administrateur Général Adjoint Stéphane Muller qui attaquaient en diffamation le journaliste d’investigations Nestor Nga Etoga pour ses écrits critiques sur les pratiques illégales à la Fipcam.

Articles Similaires

La justice a débouté vendredi,03 février 2017, la société forestière Fipcam et son Administrateur  Général Adjoint Stéphane Muller qui attaquaient en diffamation  le  journaliste d’investigations Nestor Nga  Etoga pour ses écrits critiques sur les pratiques illégales à la Fipcam.

Le  verdict est tombé. Le tribunal de première instance de Ndokoti,au cours d’une audience correctionnelle des citations  directes des particuliers  de la deuxième chambre correctionnelle et simple police ; présidée par le magistrat André Woumo ; a déclaré  le journaliste Nestor Nga Etoga « NON COUPABLE » des faits de diffamation qui lui sont reprochés. Le tribunal a aussi constaté pour la troisième fois en trois audiences, l’absence du plaignant MULLER Stéphane, administrateur général adjoint de la société forestière Fipcam. Le tribunal a par ailleurs condamné les plaignants  à payer 28.000 Fcfa d’amendes à la justice.
                                          
Le journaliste Nestor Nga Etoga, auteur de plusieurs enquêtes  à succès sur « l’opération épervier » ou  « lutte contre les atteintes à la fortune publique », décrivait dans ses écrits, les pratiques illégales au sein de la société Fipcam. Selon le journaliste rencontré au sortir de l’audience du 03 février 2017 au TPI de Ndokoti : «… Plus l’exploitation de mes trouvailles et les entretiens avec certaines sources avançaient, plus mes découvertes  se faisaient grandes. Tenez : 49 millions de Fcfa d’exploitation illégale de bois par ci, 600 millions de francs cfa de coupe illégale de bois par là. Des fausses déclarations d’essence de volume de bois sur des documents sécurisés du Ministère camerounais des forets et de la faune. La tête couronnée de la mafia destructrice instaurée à la Fipcam est bien évidemment Muller Stéphane, administrateur général adjoint en poste, qui subit les foudres des plaintes déclenchées conjointement par un groupe d’anciens employés et natifs de la ville de Mfou regroupés au sein du « Collectif Cameroun D’abord »ont permis qu’il soit interdit de sortir du territoire national, et poursuivi au tribunal de Mfou pour tentative d’assassinat, au tribunal de grande instance du Mfoundi pour faux et usage de faux, corruption et abus d’autorité, au tribunal d’Ekounou pour refus de payer un licenciement abusif,au tribunal administratif de Mendong pour d’autres  licenciements abusifs et expropriation foncière de 230.000 m2 d’une valeur de 400 millions de francs cfa ».
nesta

Nestor Nga Etoga

Pour sa défense, le correspondant au Cameroun du site d’informations Alwihdainfo.com bénéficie de l’ingénierie judiciaire  de Maitre  Hippolyte Meli Tiakouang, avocat  au barreau du  Cameroun. Pour la défense de son client, Maitre Hippolyte Meli Tiakouang avait déposé 160 documents de preuves et plus de cinq témoins à comparaitre.
Visiblement au courant des dispositions de défense prises par le journaliste,Muller Stéphane n’a pas pris le risque d’affronter  le journaliste qu’il avait pourtant accusé de « diffamations ».
Au cours des trois dernières audiences, Muller Stéphane n’a pas pu se présenter à la barre.
Dans le cadre de la deuxième citation directe pour les mêmes faits déposés par le même plaignant  contre le correspondant d’Alwihdainfo.com, le tribunal a prononcé un renvoi ferme pour 07 février 2017, en exigeant la présence de Monsieur Muller Stéphane à la prochaine audience.   Bon à savoir, ce procès est suivi de très près par des organismes de protection et de défense  des journalistes, notamment Reporters Sans Frontières(RSF), le Comité de protection des Journalistes(CPJ) basé aux Etats Unis, et l’ONG Journaliste en danger. Affaire à suivre.
hurinews.com
 
Louis MBANGA
par Louis MBANGA février 6, 2017 14:10 Mise à jour