Cameroun : Justice : Le TCS attendrait-il des instructions pour « crucifier » le prisonnier politique P.Abah Abah ?

Louis MBANGA
par Louis MBANGA octobre 20, 2016 06:27 Mise à jour

Cameroun : Justice : Le TCS attendrait-il des instructions pour « crucifier » le prisonnier politique P.Abah Abah ?

Grandes Lignes

  • Attendu ce mercredi 19 octobre, le verdict de l’affaire du détournement de plus de 1,8 milliards de F CFA imputés à l’ancien directeur camerounais des Impôts a à nouveau été reporté au 3 novembre 2016. La raison évoquée à chaque fois est la composition irrégulière du jury. Tout porte à croire, au regard de la vacuité manifeste du dossier d’accusation, que le Tribunal criminel spécial attendrait des arguments de sa « hiérarchie » pour asseoir sa condamnation éventuelle.

Articles Similaires

Attendu ce mercredi 19 octobre, le verdict de l’affaire du détournement de plus de 1,8 milliards de F CFA imputés à l’ancien directeur camerounais des Impôts a à nouveau été reporté au 3 novembre 2016. La raison évoquée à chaque fois est la composition irrégulière du jury. Tout porte à croire, au regard de la vacuité manifeste du dossier d’accusation, que le Tribunal criminel spécial attendrait des arguments de sa « hiérarchie » pour asseoir sa condamnation éventuelle.

Et bis repetita. Après un premier report le 5 octobre dernier, le délibéré de l’affaire du détournement de plus de 1,8 milliards de F CFA impliquant l’ancien directeur camerounais des Impôts, Polycarpe Abah Abah, a à nouveau été reporté au 3 novembre prochain. Le verdict était attendu ce mercredi 19 octobre au Tribunal criminel spécial à Yaoundé. Comme lors de la dernière audience, la raison évoquée par le seul juge présent est « la composition irrégulière de la collégialité » constituée de 3 membres.

Le mystère continue de planer sur les raisons de l’absence des deux autres membres du collège. Aucune du moins n’a été évoquée par le juge présent. Tout porte à croire cependant qu’il y a anguille sous roche. La décision du TCS ne serait-il donc pas prêt depuis le 20 septembre dernier, date de mise en délibéré de cette affaire ? Qu’est ce qui explique ces renvois à répétition ? Compte tenu de ce que le dossier d’accusation est vide, le TCS attendrait-il des instructions de la présidence de la République via le ministère de la Justice pour « condamner » comme c’est très souvent le cas ? L’absence du chef de l’Etat, Paul Biya, au Cameroun y serait-elle pour quelque chose?

polycarpe Abah abah

Polycarpe Abah abah

Erreur de la CBC

L’ancien directeur des Impôts est accusé d’avoir le 5 mai 2000 détourné 1 158 352 393 F CFA destinés au remboursement de la TVA (Taxe sur la valeur ajoutée) aux entreprises. Mais il s’agit en réalité d’un virement opéré par erreur par la Commercial Bank of Cameroon dans le compte personnel de M. Abah Abah suite à une confusion de chéquier par un agent de la banque. Contacté par Abah Abah, la banque a reconnu puis rectifié cette erreur. Le montant a été extourné de l’historique du compte personnel d’Abah Abah pour être comptabilisé dans celui de la direction des Impôts à la date de valeur de cette opération.

L’accusation s’est également prévalu d’un montant de 53 219 178 F CFA représentant les intérêts sur un dépôt à terme de 1 500 000 000 F CFA souscrit dans les livres de la CBC dans le compte « Remboursement de la TVA » qui se seraient retrouvés dans le compte personnel d’Abah Abah. Pourtant, ce montant figure dans l’historique du compte « Remboursement de la TVA ». Il est également question d’une demande d’avance sur DAT de 600 000 000 F CFA transmise le 19 mai 2000 à la banque BICEC. Mais la demande n’est pas signé de Polycarpe Abah Abah et ne comporte ni le compte à débiter, ni celui à créditer, ni le cachet de la BICEC qui prouve que la demande y est parvenue.

TCS.jpg+

La cour du Tribunal criminel spécial à Yaoundé

Reconnu comme prisonnier politique par l’ONG basée en France Comité de libération des prisonniers politiques (CL2P), Polycarpe Abah Abah est détenu à la prison de haute sécurité du secrétariat d’Etat à la défense (Sed), les bureaux du patron de la gendarmerie nationale à Yaoundé. Il y purge une peine de 25 ans de prison pour « non-reversement de la part de TVA dévolue au Crédit foncier du Cameroun » (et non pour détournement) et une autre de 6 ans pour « tentative d’évasion aggravée ». Polycarpe Abah Abah a été désigné par des bulletins des services spéciaux comme un membre du G11 avant son arrestation fin mars 2008.

Michel Biem Tong

Louis MBANGA
par Louis MBANGA octobre 20, 2016 06:27 Mise à jour

Abonnez-vous à notre newsletter