Cameroun : Justice : Pourquoi Me Lydienne Eyoum doit être dédommagée à hauteur de plus de 4,9 milliards de F CFA

Louis MBANGA
par Louis MBANGA mars 2, 2017 16:50 Mise à jour

Cameroun : Justice : Pourquoi Me Lydienne Eyoum doit être dédommagée à hauteur de plus de 4,9 milliards de F CFA

Grandes Lignes

  • Libérée en juillet dernier après plus de 6 ans de détention arbitraire à Yaoundé, Me Lydienne Eyoum attend toujours d’être réhabilitée pour le préjudice subi. Mais l’Etat du Cameroun lui se dit victime de spoliation de ses deniers.

Articles Similaires

Libérée en juillet dernier après plus de 6 ans de détention arbitraire à Yaoundé, Me Lydienne Eyoum attend toujours d’être réhabilitée pour le préjudice subi. Mais l’Etat du Cameroun lui se dit victime de spoliation de ses deniers.

8 mois déjà que l’avocate française d’origine camerounaise Me Lydienne Eyoum est libre. Après une mobilisation monstre de la société civile française. Après de multiples pressions des autorités françaises (dont le président français, François Hollande) sur le pouvoir de Yaoundé. Cette libération sera rendue possible grâce à un décret de grâce présidentielle signé le 4 juillet dernier par Paul Biya.

Une semaine plus tard, c’est le ministre camerounais de la Justice, Laurent Esso qui annonçait au cours d’un point de presse à Yaoundé que les biens de l’avocate confisqués suite à sa condamnation à 25 ans de prison ferme le 26 septembre 2014 seront vendus aux enchères dans le but de recouvrer les 1, 077 milliards de F CFA dont le détournement lui est imputé.

Me Eyoum

L’avocate française Me Lydienne Eyoum

Réparation

Une véritable imposture quand on sait que c’est Me Lydienne Eyoum qui en réalité est en droit d’exiger réparation à l’Etat pour le préjudice qu’elle a subi après 6 ans de détention arbitraire au Cameroun. Mais depuis sa libération, cette réparation n’est pas à l’ordre du jour. Les autorités camerounaises ne s’en préoccupent guère. Et pourtant, Me Lydienne Yen Eyoum mérite d’être dédommagée.

D’abord parce que l’avocate franco-camerounaise a été au centre d’une mascarade politico-judiciaire caractérisée par de nombreuses voies de fait commises par certains grosses légumes du régime de Paul Biya. Interpellée (kidnappée en fait !) sans mandat et par surprise le 8 janvier 2010 à Yaoundé, elle est jetée à la prison centrale de Kondengui quelques jours plus tard sur ordres de Paul Biya à travers une lettre de cachet du 29 décembre 2009 signé de son secrétaire général de l’époque…Laurent Esso.

Ensuite, parce que Me Eyoum n’a commis aucune faute ni professionnelle ni pénale. En effet, tout conflit d’honoraires se règle en premier ressort au niveau du bâtonnier de l’Ordre des avocats. Mais l’Etat du Cameroun a choisi la voie de la forfaiture : la saisine du juge pénal aux ordres. Et la suite en matière d’arbitraire on la connait. En plus, Me Eyoum n’a jamais été convoquée devant le Conseil de l’Ordre pour le « détournement » que lui reproche son client. Ses confrères camerounais ne lui reprochent donc rien.

ME Lydienne Eyoum en France

Me Eyoum prenant la parole lors de la conférence du barreau des Hauts-de-Seine 2016 (source: Facebook Groupe de Soutien à Me Lydienne Eyoum

Arriérés d’honoraires

De plus, parler de détournements de deniers publics dans cette affaire relève d’un délire pur et dur. Dans la mesure où l’avocate a agi conformément à une décision de justice rendue par un juge de l’urgence en décembre 2004 qui a distrait les 1, 077 milliards de F CFA en question à son profit après que l’Etat du Cameroun, son client, ait gagné son procès contre la filiale camerounaise de la banque française Société générale.

Enfin, d’après la balance de compte et règlement d’honoraires du 1ER août 2013, l’Etat lui reste redevable de 4.981.406.362 de F CFA aux titres d’arriérés d’honoraires. Si on y ajoute la somme dont le Cameroun sera condamné au paiement par l’ONU suite à l’avis du groupe de travail sur la détention arbitraire rendu public le 9 juin 2015, la note risque d’être salée pour l’Etat du Cameroun.

Michel Biem Tong

 

 

Louis MBANGA
par Louis MBANGA mars 2, 2017 16:50 Mise à jour