Cameroun : Le prisonnier politique Abah Abah poursuivi sur la base d’une erreur de la CBC

Louis MBANGA
par Louis MBANGA octobre 15, 2015 05:56 Mise à jour

Cameroun : Le prisonnier politique Abah Abah poursuivi sur la base d’une erreur de la CBC

L’exploitation de l’historique du compte bancaire de l’ancien directeur des Impôts et du témoin de l’accusation  a permis de se rendre à l’évidence que les 1,8 milliards viré dans le compte personnel d’Abah Abah l’a été à l’insu de ce dernier et  par une erreur de la Commercial Bank of Cameroon (Cbc) elle-même.

« Merci d’avoir mis à notre disposition ces historiques », semble se satisfaire Polycarpe Abah Abah à l’attention du collège des juges. « La boîte noire a enfin parlé », lance à nouveau l’ancien directeur des Impôts (mars 1999 au 8 décembre 2004) après la suspension de l’audience. Au cours de cette dernière qui s’est tenue ce mercredi 14 octobre au Tribunal criminel spécial à Yaoundé, il était question d’entendre le 3e témoin de l’accusation sur la base de l’historique du compte personnel de l’ancien ministre de l’Economie et des Finances (8 décembre 2004-7 septembre 2007).

L’ancien patron de la direction des Impôts est accusé du détournement de la somme de 1 811 601 571 F Cfa destinés au remboursement de la TVA (Taxe sur la valeur ajoutée). Soit  la somme de 1 158 352 393 F Cfa qui s’est retrouvée dans le compte personnel d’Abah Abah en mai 2000. Le virement a produit des intérêts et les ristournes de plus de 600 millions de f Cfa.

L’échange entre les avocats d’Abah Abah et M.Ndikum Ndifor, auditeur de banque et témoin de l’accusation a porté sur l’initiative de ce virement dans le compte personnel d’Abah Abah. D’après une lettre adressée par la direction de la Commercial Bank of Cameroon au  Directeur des Impôts le 20 juillet 2000, la banque s’excuse pour ces opérations comptabilisées dans son compte personnel suite à « une erreur d’un agent peu attentif ». Dans une autre lettre transmise à la banque à la même date, Abah Abah indique qu’il se réserve le droit d’exiger des dommages et intérêts pour le préjudice subi.

 -Abah_Abah.jpg+++

Par ailleurs, l’exploitation de l’historique du compte personnel d’Abah Abah a  permis de se rendre à l’évidence que le montant de 1 158 352 393 F Cfa a été extourné (débité en principal et ristournes induis) du compte de l’ancien directeur des Impôts vers celui de la direction des Impôts : « Etait-ce à l’initiative du directeur des Impôts ?», demande Me Mong, avocat d’Abah Abah au témoin de l’accusation « Non, seul le service comptable de la banque pouvait effectuer cette opération », soutient M.Ndikum.

L’audience a été reportée au 9 novembre prochain pour la suite de l’audition des témoins de l’accusation. Polycarpe Abah Abah a été condamné à 25 ans de prison ferme le 13 janvier dernier pour le détournement d’environ 1 milliard de F Cfa, notamment le non reversement courant 2003 de la Tva dûe par la direction des Impôts au Crédit foncier. Mais les conseils d’Abah Abah, au cours d’une conférence de presse quelques jours après la décision du Tcs, ont dénoncé l’instrumentalisation de la justice par le politique. Depuis mars dernier, l’ancien ministre est reconnu comme prisonnier politique par l’Ong française Comité de libération des prisonniers politiques au Cameroun (CL2P).

hurinews.com

Louis MBANGA
par Louis MBANGA octobre 15, 2015 05:56 Mise à jour