Cameroun : Libération de Me L.Eyoum : Paul Biya cède à la pression de l’ONU

Louis MBANGA
par Louis MBANGA juillet 5, 2016 01:34 Mise à jour

Cameroun : Libération de Me L.Eyoum : Paul Biya cède à la pression de l’ONU

Grandes Lignes

  • Plus d’un an après l’avis du groupe de travail de l’Organisation des Nations Unies sur la détention arbitraire exigeant la libération de l’avocate française d’origine camerounaise, le chef de l’Etat camerounais vient de signer un décret accordant la grâce présidentielle à Me Lydienne Yen Eyoum.

Articles Similaires

Plus d’un an après l’avis du groupe de travail de l’Organisation des Nations Unies sur la détention arbitraire exigeant la libération de l’avocate française d’origine camerounaise, le chef de l’Etat camerounais vient de signer un décret accordant la grâce présidentielle à Me Lydienne Yen Eyoum.

Nous sommes le 9 juin 2015. Alors que la Cour suprême vient de confirmer la condamnation à 25 ans de prison de Me Lydienne Yen Eyoum, le groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire recommande quelques heures plus tard à l’Etat du Cameroun de la mettre en liberté. C’est chose faite depuis ce 4 juillet 2016. Le président de la République camerounais vient d’accorder la grâce présidentielle à l’avocate franco-camerounaise: « jusqu’ici, l’on ne sait quel type de grâce présidentielle lui a été accordé », a précisé sur les ondes de Radio France internationale Me Christian Charrière-Bournazel, avocat français de Me Eyoum.

En visite au Cameroun en décembre dernier, Jean Yves Leconte, sénateur des français de l’étranger a fait savoir que Me Eyoum avait introduit une demande de grâce amnistiante. Le décret du président camerounais intervient un an jour pour jour après la promesse faite par Paul Biya lors de la visite de François Hollande au Cameroun de voir ce qu’il peut faire pour rendre possible la libération de Me Lydienne Eyoum.

Me Lydienne Eyoum.jpg+++

Me Lydienne Eyoum

Incarcérée depuis 2010 à la prison centrale de Yaoundé-Kondengui, Me Lydienne Eyoum a été condamnée à 25 ans de prison ferme le 26 septembre 2014. Il est reproché à l’avocate d’avoir perçu la moitié de 2 milliards de F Cfa qu’elle a été mandatée en décembre 2004 de recouvrer pour le compte de l’Etat du Cameroun, son client.

Mais d’après ses avocats, la somme retenue par Me Lydienne Eyoum représente non pas des deniers publics mais des dépens (divers frais de procédure) qui lui ont été conférés par des décisions de justice depuis 2001.Lesquels ont été entérinés par un juge du contentieux le 14 décembre 2004 et confirmés par l’Etat du Cameroun le 19 janvier 2005 par une lettre du ministre des Finances de l’époque, Polycarpe Abah Abah.

Michel Biem Tong

 

Louis MBANGA
par Louis MBANGA juillet 5, 2016 01:34 Mise à jour