Cameroun : Lutte contre Boko Haram : La CNDHL s’associe aux observations d’Amnesty International

Louis MBANGA
par Louis MBANGA août 11, 2016 04:51

Cameroun : Lutte contre Boko Haram : La CNDHL s’associe aux observations d’Amnesty International

Grandes Lignes

  • D’après la Commission nationale des droits de l’homme et des libertés (Cndhl), le rapport d’Amnesty International sur la lutte contre le terrorisme à l’Extrême-Nord rendu public en mi-juillet dernier à Yaoundé revient sur des faits déjà relevé l’année dernière dans son rapport annuel sur l’état des droits de l’homme au Cameroun. Toutefois, la Cndhl dément l’information sur les cas de disparitions forcées allégués par l’ONG internationale.

Articles Similaires

D’après la Commission nationale des droits de l’homme et des libertés (Cndhl), le rapport d’Amnesty International sur la lutte contre le terrorisme à l’Extrême-Nord  rendu public en mi-juillet dernier à Yaoundé revient sur des faits déjà relevé l’année dernière dans son rapport annuel sur l’état des droits de l’homme au Cameroun. Toutefois, la Cndhl dément l’information sur les cas de disparitions forcées allégués par l’ONG internationale.

Pour la Commission nationale des droits de l’homme et des libertés (Cndhl), Amnesty International est dans son rôle. Allusion faite au rapport rendu public le 14 juillet dernier à Yaoundé par cette organisation internationale. Dans sa déclaration du 9 août 2016  parvenue à notre rédaction, la Cndhl se prononce sur ce rapport d’Amnesty International  intitulé  « bonne cause, mauvais moyens : atteinte aux droits de l’homme et à la justice dans le cadre de la lutte contre Boko Haram au Cameroun ».

D’après la Cndhl, les cas de violations des droits humains relevés par Amnesty International sont contenus dans son  rapport à elle publié l’année dernière tout comme dans celui du ministère de la Justice: « …dans son rapport sur l’état des droits de l’homme au Cameroun en 2014, la Cndhl faisait déjà mention de quelques cas préoccupants d’exactions attribués aux forces de défense, qui avaient été observés par elle… », peut-on lire dans le communiqué.

Cndhl-session-600x450

Les membres de la Commission nationale des droits de l’homme et des libertés

Disparitions forcées

Comme pour donner raison à Amnesty International, la Commission souligne dans sa déclaration que des cas d’arrestations et de détentions arbitraires parfois sur ordre des autorités administratives ont été portés à sa connaissance au cours de l’année 2015 par des organisations de la société civile. Toutefois, la Commission qualifie de non-fondées les « allégations » d’Amnesty International sur les cas de disparitions forcées.

D’après le communiqué de la Cndhl, ces personnes arrêtées à l’Extrême-Nord ont été transférées à la prison centrale de Yaoundé où ils disent être bien traités et en contact avec des membres de leurs familles. La Cndhl regrette de n’avoir pas été consultée par Amnesty International avant la publication de ce rapport.

hurinews.com

Louis MBANGA
par Louis MBANGA août 11, 2016 04:51

Abonnez-vous à notre newsletter