Cameroun: Lutte contre la corruption, élections, liberté d’expression…: La position du ministère de la Justice

Louis MBANGA
par Louis MBANGA décembre 23, 2014 19:56 Mise à jour

Cameroun: Lutte contre la corruption, élections, liberté d’expression…: La position du ministère de la Justice

le ministre délégué au ministère de la Justice, Jean Pierre Fogui, présentant le rapport

le ministre délégué au ministère de la Justice, Jean Pierre Fogui, présentant le rapport

Le rapport dudit ministère sur les droits de l’homme au Cameroun en 2013 a été rendu public ce mardi 23 décembre 2014 à Yaoundé.

Une bible de près de 665 pages écrit en français et en anglais. C’est la forme que revêt le rapport 2013 du ministère de la Justice sur les droits de l’homme au Cameroun. La cérémonie de présentation de ce rapport a eu lieu ce mardi 23 décembre 2014 à la salle des conférences du ministère de la Justice à Yaoundé. Cette cérémonie a connu la présence des membres du gouvernement et du corps diplomatique, des responsables de tribunaux et de cours, des défenseurs des droits de l’homme, etc. Le ministre Laurent Esso, empêché, a été remplacé par son ministre délégué, Jean Pierre Fogui, pour présider le cérémonie.

De la liberté d’expression, à la justice équitable en passant par l’éducation et la santé, tous les secteurs relatifs aux droits humains sont passés au peigne fin par le ministère de la Justice. L’on retient par exemple en parcourant ce rapport qu’au cours de l’année 2013, pour ce qui est de la liberté de presse, des journalistes de la presse privée ont eu droit à deux séminaires: l’un sur la couverture de l’actualité judiciaire et l’autre sur le relais des activités du monde diplomatique. Le rapport du Minjustice revient également comme pour s’en féliciter  sur les sanctions infligées à l’encontre de certains médias et journalistes pour atteintes à la déontologie.

Des membres du Gouvernement assistant à la cérémonie

Des membres du Gouvernement assistant à la cérémonie

L’année 2013 a été électorale. C’est ainsi que le rapport  revient sur l’organisation des toutes premières élections sénatoriales et le déroulement du double scrutin législatif et municipal. D’après le ministère de la Justice, « l’usage effectif de la biométrie dans le processus électoral a contribué à la garantie  des élections transparentes ». Par ailleurs, le rapport note que 10 nouveaux partis politiques ont été enregistrés au ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation.

2 143 769 110 F Cfa  restitués à l’Etat

La gestion des réfugiés est également abordée dans ce rapport. D’après les pointages du ministère de la Justice, le Cameroun a accueilli l’année dernière 114 753 réfugiés d’origine centrafricaine, tchadienne et nigériane, du fait de l’insécurité dans les pays voisins.

Sur le front de la lutte contre la corruption, le rapport souligne que l' »l’on a noté un accroissement du volume  des dossiers enregistrés au Tcs (tribunal criminel spécial,ndlr) par rapport à l’année précédente. » Soit de 15 à 32 à l’information judiciaire et de 32 à 52 aux audiences. De plus, d’après le ministère de la Justice, en termes de remboursement du corps du délit, 2 143 769 110 F Cfa ont été restitués au Trésor Public contre 253 900 000 F Cfa l’année précédente.

Pour ce qui est des conditions de détention, le rapport indique que le gouvernement a fait des efforts en 2013 pour les améliorer . A travers le renforcement des capacités du personnel pénitentiaire, la réhabilitation de certaines prisons vétustes telles que celles de Douala et de Yaoundé,etc. Le rapport fait également remarquer que des sanctions administratives et judiciaires ont été infligées aux policiers, gendarmes et militaires coupables d’exactions vis-à-vis des populations.

Michel Biem Tong

Louis MBANGA
par Louis MBANGA décembre 23, 2014 19:56 Mise à jour