Cameroun: Mise en oeuvre du C2D: Les inquiétudes de la société civile camerounaise et française

Louis MBANGA
par Louis MBANGA avril 30, 2015 07:08 Mise à jour

Cameroun: Mise en oeuvre du C2D: Les inquiétudes de la société civile camerounaise et française

Dans le cadre de la coopération Cameroun-France, la plate forme Dialogue citoyen sur la mise en œuvre du Contrat désendettement et Développement au Cameroun est revenue le 29 avril 2015 sur l’état de sa mise en œuvre.

Placé sous le thème « Etat de la mise en œuvre du C2D », la rencontre de Yaoundé du 29 Avril 2015 à l’hôtel jouvence 2000, était l’occasion pour la plateforme d’information sur la dette du Cameroun (Pfiad), la plateforme Dette et développement-France, le réseaux des organisations de la société civile (Osc) ainsi que les représentant du Gouvernement de s’enquérir de la suite réservée aux promesses relatives aux
différents projets du programme Contrat-désendettement-développement (C2D), entre le Cameroun et la France.

A l’ouverture des travaux, le coordonateur général de la Pfiad, Jean Marc Bikoko a rappelé les objectifs de la quatrième édition du Dialogue citoyen sur le C2D. Celui qui est également le patron de la central syndicale du secteur public (Csp) n’a pas manqué d’indiquer que pour l’année 2014, « un accent particulier a été mis sur les obstacles majeurs à l’atteinte de l’efficacité qui pour la société civile doit être de 100% » en ce qui concerne le Suivi indépendant.Malgré quelques difficultés rencontrées, « il convient globalement de se réjouir d’une réelle amélioration du niveau de réalisation des ouvrages terminés ou en cours » de l’ordre de (80%), a-t-i indiqué.

bikoko

Jean Marc Bikoko

 

Cos/C2d

Aussi, la présentation de la synthèse des résultats du Suivi indépendant pour l’année, a permis de relever par exemple que dans le Moungo, les membres du Suivi indépendant se sont frotté à la résistance des responsables du projet Esther qui ont exigé une accréditation de l’agence française pour le développement (Afd) pourtant partenaire du Suivi indépendant avant d’apporter quelques
informations. A Ebolowa des moniteurs en charges de l’insertion et cosignataires de comptes des jeunes formés qui bloquent le financement pour des raisons diverses.

Au programme des activités également, figurait d’abord les présentations de la synthèse du comité d’orientation et de suivi (COS/C2D) par Bruno Dalberto, le représentant des Osc françaises au CO/C2D, membre de la plateforme Dette et développement-France, ensuite de la mise œuvre par les cellules sectorielles suivies des échanges avec la presse qui ont porté entre autres sur la santé, l’éducation, les infrastructures, l’agriculture.
Initié le 31 octobre 2012 à Yaoundé pour être une institution, le Dialogue citoyen est devenu une tradition qui se situe dans le cadre du Suivi indépendant des projets du programme C2D sur l’ensemble du territoire depuis que le Cameroun a atteint du point d’achèvement de l’initiative pays pauvres très endetté (Ippte) en 2006 ; et après les travaux du COS/C2D du 28 avril 2015.

Bertin Ndo

Louis MBANGA
par Louis MBANGA avril 30, 2015 07:08 Mise à jour