Accueil»Dernières Infos»Cameroun: Mobilisation:Un collectif créé pour libérer Jean Marc Bikoko

Cameroun: Mobilisation:Un collectif créé pour libérer Jean Marc Bikoko

0
Partages
Pinterest Google+

L’Ong Nouveaux  Droits de l’Homme au siège de laquelle s’est constitué le   Collectif national pour la libération de Jean Marc Bikoko et Cie, aurait rencontré le délégué général à la sûreté nationale ce mercredi après-midi.

La mobilisation pour la libération de Jean Marc Bikoko va grandissante. Un mouvement baptisé Collectif national pour la libération de Jean Marc Bikoko et Cie vient d’être créé sous la houlette de l’Ong Nouveaux Droits de l’Homme.  Aux dernières nouvelles, le point focal de la plate-forme d’organisations de la société civile dénommée Dynamique Citoyenne aurait été transféré du Groupement Mobile d’Intervention N°1 (Gmi N°1) pour les services de la délégation générale à la sûreté nationale du Centre ce mardi 22 septembre. Là bas, Jean Marc Bikoko, quelques membres de Dynamique Citoyenne et le journaliste François Fogno Fotso auraient été placé en garde-à-vue de  48 heures.

Dans ce Collectif, on retrouve des Ong telles que l’Association Kofi Annan pour les droits de l’homme, Cameroon O Bosso, Goodwill Cameroon, des associations telles que l’Association pour la défense des droits des étudiants du Cameroun, des activistes des droits de l’homme tels que Hervé Nzouabet, Kennedy Foyet. Dans la déclaration parvenu à notre rédaction,le Collectif exige la libération  immédiate des membres de Dynamique Citoyenne Jean Marc Bikoko, Jessie Bikoko, Sévérin Le Juste Bikoko, Agnès Metougou, Yves Epangue Njalla et du journaliste François Fogno Fotso.

bikoko

Le Collectif  qualifie « d’illégal et illégitime » la détention de Jean Marc Bikoko et Cie et s insurge contre la mise à nue des femmes qui portaient les T-Shirt de Dynamique Citoyenne le jour de leurs arrestations le 15 septembre dernier. L’Ong Nouveaux Droits de l’Homme aurait rencontré ce merccredi 23 septembre dans  l’après-midi Martin Mbarga Nguele, le délégué général à la sûreté nationale (patron de la police) à ce propos. Rappelons que Jean Marc Bikoko et Cie ont été arrêtés le 15 septembre 2015 au palais des Sports de Yaoundé. La plate-forme Dynamique Citoyenne, à l’occasion de la journée internationale de la démocratie, voulait organiser une conférence-débat sur l’alternance en Afrique et lancer la campagne « tournons la page ». Ils ont été interpellé par la police et placé en garde-à-vue administrative de 15 jours au Gmi N°1.

hurinews.com

 

 

 

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun : Journée des personnes âgées : L’inclusion sociale au centre de la célébration

Article suivant

Cameroun: François F.Fotso: "J'ai passé toute une nuit dans une cellule, debout"