Cameroun : Opération anti-corruption : Des avocats français pour plaider la cause de l’homme d’affaire Yves Michel Fotso

Louis MBANGA
par Louis MBANGA mars 4, 2015 18:58 Mise à jour

Cameroun : Opération anti-corruption : Des avocats français pour plaider la cause de l’homme d’affaire Yves Michel Fotso

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les avocats français de l’homme d’affaires au Hilton Hotel de Yaoundé

Accusé du détournement de plus de 18 milliards de F Cfa, Yves Michel Fotso vient de voir le pool de ses avocats s’enrichir de 3 avocats du barreau français. D’entrée de jeu, ces derniers ont ce mercredi au Tribunal criminel spécial ainsi qu’au Hilton Hotel au cours d’une conférence de presse, ressorti tous les vices qui entachent la procédure contre l’homme d’affaires. 

Ils s’appellent Mes Graulle Bénédicte, Mikael Bühler et Dominique Inchauspe. Du cabinet Graulle et Bühler, ils sont inscrit au barreau de Paris. Ils étaient présents ce mercredi 4 mars 2015 au Tribunal criminel spécial (Tcs) de Yaoundé au côté de leur confrère camerounais pour assurer la défense d’Yves Michel Fotso, homme d’affaire camerounais et ancien directeur général de la défunte Cameroon Airlines (Camair) de juin 2000 à novembre 2003.
Ce dernier dont le procès s’est ouvert le 6 novembre 2014 est accusé du détournement d’une somme de plus de 18 milliards de F Cfa. Il lui est reproché d’avoir empoché ce pactole en vendant la carcasse d’un avion Camair suite à un crash et dans le cadre de l’indemnisation des victimes, au début des années 2000.
Aussi bien à l’audience au Tcs qu’au cours d’une conférence de presse quelques heures plus tard au Hilton Hôtel, les avocats français ont fait savoir d’entrée de jeu que leur clients est détenu au secrétariat d’Etat à la défense (Sed) sans titre de détention provisoire: « le mandat de détention est devenu caduc depuis le 22 avril 2014, donc nous demandons au tribunal de reconnaître qu’il comparait juridiquement libre », a indiqué à la conférence de presse Me Bénédicte Guaulle.

Yves Michel Fotso

Yves Michel Fotso

« Qu’il soit mis fin à ce supplice, à cette torture morale »
Rappelons qu’Yves Michel Fotso a été condamné le 22 septembre 2012 à Yaoundé à 25 ans de prison ferme dans le cadre de l’achat d’un avion présidentiel : « l’objectif de notre démarche aujourd’hui était de faire constater par le tribunal à travers un jugement avant-dire droit que sur ce dossier, notre client comparait libre », a réitéré Me Inchauspe qui a par ailleurs souligné que le Cameroun, relativement à la détention d’Yves Michel Fotso, s’inscrit en violation des instruments internationaux de protections des droits de l’homme notamment le Pacte international relatif aux droits civils et politiques.
Prenant la parole à l’audience au Tcs, le fils du richissime et célèbre homme d’affaire, Fotso Victor, a regretté que sa famille n’ait pas la possibilité de lui rendre visite en prison et que ses geôliers gendarmes aient demandé à son conseil français de présenter un permis de communiqué pour le rencontrer : « je demande qu’il soit mis fin à ce supplice, à cette torture morale », a-t-il crié à l’endroit des représentant du ministère public.
La cause a été reportée au 18 mars 2015 afin de permettre au ministère public de répondre aux exceptions de nullité de la procédure soulignée par les avocats de l’ancien Dg de la Camair. Ce qui n’a pas manqué de surprendre la défense qui aurait souhaité que le parquet réponde à l’immédiat.
Âgé aujourd’hui de 53 ans, Yves Michel Fotso a été interpellé et écroué le 1er décembre 2010 à la prison centrale de Yaoundé. En juin 2012, il a été transféré manu militari au Sed transformé en prison secondaire un mois plus tard par le ministre de la Justice, Laurent Esso.
La rédaction

 

Louis MBANGA
par Louis MBANGA mars 4, 2015 18:58 Mise à jour