Cameroun: Opération anti-corruption: Le parquet du Tcs requiert la condamnation de D.Ambassa Zang

Louis MBANGA
par Louis MBANGA avril 28, 2015 16:30 Mise à jour

Cameroun: Opération anti-corruption: Le parquet du Tcs requiert la condamnation de D.Ambassa Zang

Dans ses réquisitions, le ministère public a regretté que l’ancien ministre des Travaux publics et ancien Député, aujourd’hui réfugié politique en France, n’ait pas été présent pour répondre des accusations de malversations  financières à son encontre. 

 » Qu’il soit déclaré coupable », requiert le parquet du Tribunal criminel spécial anti-corruption du Cameroun. C’est en tout cas ce qui ressort des réquisitions du ministère public présentés ce mardi 28 avril 2014. Dans son exposé, Mme Essemeni, avocate générale et représentante du ministère public, a émis le souhait que l’ancien ministre des Travaux publics (24 août 2002-8 décembre 2004) et ancien Député (juillet 2007-août 2009) soit condamné pour le détournement de 5 820 645 438 F Cfa.

Le parquet du Tcs reproche à Dieudonné Télesphore Ambassa Zang d’avoir distrait cette somme d’argent en accordant un marché de gré en gré à une Pme togolaise en période suspecte de faillite, pour les travaux de réhabilitation du pont sur le Wouri (Douala), en effectuant des dépenses injustifiées pour le compte des membres de comités interne et interministériel mis sur pied dans le cadre de ces travaux, en annulant des pénalités que devait payer une entreprise du BTP  pour dépassement du délai des travaux sans l’aval de la commission de passation des marchés compétente, en faisant payer des per diem et indemnités aux membres de commission de passation de marché sans pièces justificatives, etc. « Ils n’ont pas eu le courage d’affronter leur destin, ils ont pris la fuite », a regretté Mme Essemeni en parlant d’Ambassa Zang et l’un de ses co-accusés, Mekongo Felix Debeauplan. La culpabilité des  autres accusés dans ce dossier a aussi été requise par le parquet.

daz

Union interparlementaire

Réfugié politique depuis 2010 et soutenu par la Commission des droits de l’homme de l’Union interparlementaire (Uip), Dieudonné Ambassa a toujours nié les faits qui lui sont reprochés.  Par ailleurs, lors de sa 195e session du 16 octobre 2014 à Genève en Suisse, le Conseil directeur de l’Union interparlementaire, reprenant un compte rendu d’audience faite par Me Simon Foreman, avocat au barreau de Paris, faisait savoir que « L’ordonnance de renvoi devant le Tribunal (criminel spécial, ndlr) émise par le juge d’instruction, qui présente les chefs d’inculpation retenus contre M.Ambassa Zang,ne fait nullement état d’une quelconque forme d’enrichissement personnel de ce dernier.En l’absence d’intention criminelle, on ne peut guère parler d’autre chose que d’irrégularités de gestion, lesquelles pourraient appeler une sanction disciplinaire ». La cause a été reportée au 26 mai prochain pour les plaidoiries de la défense.

hurinews.com

Louis MBANGA
par Louis MBANGA avril 28, 2015 16:30 Mise à jour