Cameroun : Procès équitable : Zacchaeus Forjindam en prison sur la base d’un rapport bâclé

Louis MBANGA
par Louis MBANGA octobre 9, 2015 08:48

Cameroun : Procès équitable : Zacchaeus Forjindam en prison sur la base d’un rapport  bâclé

Selon le journal camerounais Kalara, les rapports des cabinets d’audit ayant servi de base à la condamnation en 2010 de l’ancien  directeur général du Chantier naval et industriel du Cameroun parlent de dépenses sans pièces justificatives alors que, d’après Zaccheus Forjindam, ces dernières étaient bel et bien disponibles au sein de l’entreprise. Bien plus, le Contrôle supérieur de l’Etat aurait crédité l’ancien patron du Chantier naval d’une bonne gestion.

C’est à la tristement célèbre prison centrale de New Bell à Douala que Zacchaeus Mungwe Forjindam, l’une des victimes de l’opération anti-corruption Epervier, séjourne depuis plus de 7 ans. Le 15 mai 2008, à l’issue d’un conseil d’administration extraordinaire, l’alors directeur général du prospère Chantier naval et industriel du Cameroun (Cnic) est démis de ses fonctions. Sous la huée des employés de cette société, il est par la suite interpellé par la police puis écroué à la prison de New Bell pour malversations financières.

D’après l’hebdomadaire camerounais Kalara du 29 septembre 2015 qui rapporte un câble diplomatique américain de Wikileaks, l’alors ministre de la Justice, Amadou Ali aurait confié en 2007 à Janet Garvey, ambassadeur des USA au Cameroun de l’époque, qu’une enquête ordonnée par le gouvernement (le Contrôle supérieur de l’Etat) aurait révélé un détournement de 1, 2 milliards de F CFA au Cnic. Ce qui avait décidé les autorités américaines à frapper Zacchaeus Forjindam et sa famille d’interdiction de séjourner au pays de l’Oncle Sam alors qu’il en émettait le souhait.

forjindam-2

l’ex-Dg du Chantier naval, Zacchaeus Forjindam

 

Le Consupe contredit Amadou Ali

Pourtant, à en croire le journal spécialisé dans le traitement de l’actualité du monde judiciaire,  la correspondance de transmission de rapport adressée le 15 octobre 2007 à la présidence de la République par le ministre en charge du contrôle supérieur de l’Etat (Consupe) de l’époque, Siegfried David Etame Massoma, ne laisse apparaître aucune trace de mauvaise gestion. Elle conclut même à une « bonne santé financière du Cnic ».

En effet, d’après Kalara, c’est sur la base d’audits commandés en 2006 par la Société nationale des hydrocarbures (Snh), actionnaire majoritaire du Chantier naval et par le conseil d’administration du Cnic que Zacchaeus Forjindam a été poursuivi pour détournement de deniers publics. L’audit mené par le Cabinet Audit Conseils révèle des « dépenses sans pièces justificatives » de 1,34 milliards de F Cfa  tandis que celui conduit par l’expert comptable Charles Kooh II, commissaire au compte du Cnic, abouti presqu’à la même conclusion. Les audits, faut-il le rappeler, couvrent la période allant de 2003 à 2005.

???????????????????????????????

Le numéro du journal Kalara qui a révélé l’affaire

 

« Les pièces justificatives étaient disponibles », selon Forjindam

Des rapports bottés en touche par Forjindam qui indique que ces pièces sont bel et bien disponibles auprès des services financiers du Cnic. Alors que l’ex-Dg de cette entreprise tentait de mettre ces justificatifs à la disposition du commissaire aux comptes, ce dernier a argué de ce qu’il était tard. Pourtant, d’après les révélations de Kalara, la lettre du ministre en charge du Consupe au Cameroun a indiqué qu’aucune loi ne fixe le délai de transmission de pièces justificatives au commissariat aux comptes par une entreprise publique ou parapublique.

Malgré celà, Zaccheus Forjindam a été condamné par le Tribunal de grande instance du Wouri (Douala) à 12 ans de prison en octobre 2010 puis à 15 ans de prison en appel 2 ans plus tard pour « dépenses sans pièces justificatives » et « dépenses fictives ». Toujours courant juillet 2012, dans un autre volet de l’affaire, l’ex-Dg du Cnic a écopé de la prison à vie. Toutes ces affaires sont pendantes devant la Cour suprême depuis lors.

Michel Biem Tong

Louis MBANGA
par Louis MBANGA octobre 9, 2015 08:48