Cameroun: Programme C2D: La société civile marque son insatisfaction

Louis MBANGA
par Louis MBANGA mars 20, 2015 09:02 Mise à jour

Cameroun: Programme C2D: La société civile marque son insatisfaction

bikoko

Jean Marc Bikoko, le patron de la Centrale syndicale du secteur public

L’atelier des restitutions des résultats du suivi indépendant du projet qui s’est tenu mercredi dernier à Yaoundé pour l’année dernière, a relevé d’innombrables obstacles.

La Centrale syndicale du secteur public (Csp) passe au scanner le C2D (Contrat désendettement et développement) signé entre le Cameroun et la France il ya près de 10 ans. L’objectif de l’atelier qui s’est tenu ce mercredi 18 mars dans un hôtel du quartier Fouda  à Yaoundé était d’abord de présenter à l’opinion publique les résultats du Suivi Indépendant pour l’année dernière. Ensuite de recueillir des propositions pour plus d’efficacité et surtout de contribuer à une plus grande visibilité. Aussi, d’après les experts de la plate forme d’informations et d’action sur la dette (Pfiad) ont travaillé dans le cadre du Suivi Indépendant du C2D, bien que des obstacles à la fois institutionnels,politiques et sociaux, aient émaillés à sa mise en place.

Il ressort de ces travaux, selon Jean-Marc Bikoko, point focal de Dynamique Citoyenne, que le taux de réalisation est très bas.
En effet, certaines services déconcentrés de l’Administrations ne se
sont pas véritablement impliqué à soutenir le travail du Suivi
Indépendant dans l’optique d’atteindre ses objectifs, soit en cachant
des informations pour sensibilité, soit en ne donnant pas des éléments qui attestent de ce que la mise en œuvre du C2D est effective. Surtout dans le domaine financier du projet. Il en est de même pour d’autres responsables des mêmes services qui se considèrent comme des spectateurs alors que les projets qui ont cours dans leurs zones de compétences.

Blocage de projets

Par ce fait, ces responsables des services déconcentrés, voire les chefs d’établissements se sont dits non impliqués. D’où des actes de sabotages rencontré et qui contribué à bloquer la réalisation de plusieurs projets.  Toutefois, le SI a encouragé les responsables concernés par le C2D a interpellé sans cesse leurs hiérarchies comme l’ont ceux du Littoral.

Aussi, pour parvenir à ce résultat, explique Jean-Marc Bikoko, le
patron de la Csp, cinq modules ont été répertoriés. Il s’agit des
secteurs de la bonne gouvernance, l’éducation, la santé, les
infrastructures et le cadre d’élaboration du programme nation de
participation au développement (Pndp) dans les secteurs concernés par le C2D dont les ministères de l’urbanisme et de l’habitat (Minduh), de l’éducation de base  (Minedub) et de la santé (Minsanté)

Initiative Ppte

En fait Cette étude se situe dans le contexte où, parallèlement à l’Initiative pays pauvres très endettées (Ippte) pour les pays ayant atteints lepoint d’achèvement, le Gouvernement avait alors décidé de la mise enplace d’une initiative bilatérale connue sous le nom de C2D. Hervé Conan, le représentant de l’agence française de développement, précisera effectivement qu’il est question de « toucher concrètement la réalité de la mise en place des projets C2D, et remonter
l’information au niveau du Gouvernement, notamment français ». Elle consistait à transformer en subventions des échéances de dettes des initiatives nées de l’aide publique au développement du Cameroun envers la France. Ma première était d’un montant de 352 milliards de FCFA et la seconde de 236 millions d’Euros depuis le 1er juillet 2011.
Il était donc question dévaluer le niveau d’implémentation de ces
projets.Il s’agit d’un travail de la plate forme d’informations et d’action sur la dette (Pfiad) rendu public le 18 mars 2015. Elle regroupe les organisations de la société civile que sont la centrale syndicale du secteur public (Csp),  DIALOGUE, la fondation conseil jeunes (FCJ), leforum des organisations de la société civile du Cameroun (Foscam), lajeunesse rurale active (Jeurac) et interactions.

Bertin Ndo

Louis MBANGA
par Louis MBANGA mars 20, 2015 09:02 Mise à jour