Cameroun : Rapport Amnesty : NDH-Cameroun réclame justice pour les victimes des services secrets

Louis MBANGA
par Louis MBANGA juillet 21, 2017 19:07 Mise à jour

Cameroun : Rapport Amnesty : NDH-Cameroun réclame justice pour les victimes des services secrets

Grandes Lignes

  • Dans une déclaration rendue publique après la sortie officielle du rapport d’Amnesty International, Nouveaux-Droits de l’Homme-Cameroun invite l’Etat à traduire les auteurs des actes de torture recensés par Amnesty devant les tribunaux.

Articles Similaires

Dans une déclaration rendue publique après la sortie officielle du rapport d’Amnesty International, Nouveaux-Droits de l’Homme-Cameroun invite l’Etat à traduire les auteurs des actes de torture recensés par Amnesty devant les tribunaux.

Le rapport d’Amnesty International sorti officiellement ce 20 juillet 2017 n’a pas laissé Nouveaux-Droits de l’Homme-Cameroun (NDH-Cameroun) indifférente. Dans une déclaration parvenue à notre rédaction, l’ONG se dit inquiète « face aux actes de torture et de traitements cruels, inhumains et dégradants perpétrés en toute impunité par certains membres des forces de défense et de sécurité ».

NDH-Cameroun invite par conséquent l’Etat du Cameroun à traduire devant les tribunaux « les surveillants, les responsables des interrogatoires et les autres agents de l’administration pénitentiaire » accusés dans le rapport d’Amnesty International d’actes de torture envers des personnes suspectées d’être membres ou complice de la secte islamiste Boko Haram.

image torture

Des soldats du Bataillon d’intervention rapide (BIR) maltraitent un présumé membre de Boko Haram

La Direction générale de la recherche extérieure (services secrets camerounais) et le Bataillon d’intervention rapide ont été principalement mis en cause par Amnesty International. NDH-Cameroun suggère à l’Etat du Cameroun « de mettre en place et dans l’urgence une Commission d’enquête indépendante et impartiale sur les allégations de torture et mauvais traitements signalés dans tous les lieux de détention », peut-on lire dans le communiqué.

Michel Biem Tong

Louis MBANGA
par Louis MBANGA juillet 21, 2017 19:07 Mise à jour