Cameroun : Récidive : Les locaux de l’Ong Redhac cambriolés

Louis MBANGA
par Louis MBANGA novembre 3, 2015 17:08 Mise à jour

Cameroun : Récidive : Les locaux de l’Ong Redhac cambriolés

Le siège du Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale a à nouveau reçu la visite d’individus non identifiés. Ces derniers ont emportés quelques appareils électroniques. Le Réseau a déposé une plainte à la police.

Une vidéo de surveillance, un téléviseur écran plat, deux DVD et d’importants dossiers dans le bureau de la Directrice Exécutive. Voilà le butin emporté du siège du Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Redhac). Dans la nuit du 1er et 2 novembre dernier, les locaux du Rédhac situés au quartier Bali à Douala ont été cambriolés par des personnes non encore identifiés. Ce coup de vol perpétré au Rédhac n’est pas le premier : « Le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC) dénonce cette récurrence de cambriolage au nez des autorités du maintien de l’ordre et de la sécurité », peut-on lire dans le communiqué du Réseau parvenu à notre rédaction.
D’après ce communiqué, les malfrats ont réussi à déjouer le dispositif de sécurité mis sur pied au siège du Redhac : « les travaux de sécurisation…ne permettaient plus aux brigands avérés et voleurs déguisés, de pénétrer aisément par les portes et fenêtres des bureaux du Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC). Cette fois-ci, ils ont escaladé la toiture, coupé une tôle et arraché un contre plaqué du plafond. A l’intérieur, ils ont cassé toutes les portes, et fouillé des armoires de tous les bureaux ».

Maximilienne Ngo Mbe, directrice exécutive du REDHAC

Maximilienne Ngo Mbe, directrice exécutive du REDHAC

Ce cambriolage intervient alors que la Directrice exécutive du Réseau, Maximilienne Ngo Mbe participe au World Movement For Democracy en Corée du Sud. Le Redhac en appelle aux partenaires et organisations des droits de l’homme afin quelles assurent la sécurité du staff et des locaux du REDHAC, demandent aux autorités camerounaises de bien mener leur enquête afin que les responsables de ces multiples cambriolages répondent de leur acte. Une plainte a été déposée au commissariat central N°1 de Douala où une enquête a été ouverte.
hurinews.com

Louis MBANGA
par Louis MBANGA novembre 3, 2015 17:08 Mise à jour

Abonnez-vous à notre newsletter