Cameroun : Récompense : Un journaliste en prison primé pour sa bravoure

Louis MBANGA
par Louis MBANGA janvier 20, 2015 13:14 Mise à jour

Cameroun : Récompense : Un journaliste en prison primé pour sa bravoure

Mme Hermine Ndiomo recevant le prix de son époux des mains de Mbombock Mbock Matip

Mme Hermine Ndiomo recevant le prix de son époux des mains de Mbombock Mbock Matip

Le directeur de publication du journal le Zénith a été distingué ce lundi à Yaoundé par une association dédiée aux personnes défavorisées. Les journalistes présents à la cérémonie en ont profité pour signer une pétition pour la libération de Ndiomo Flash Zacharie.
Ce lundi 19 janvier 2015, le journaliste Ndiomo Flash croupit dans une cellule à la prison centrale de Kondengui en attendant la suite de son procès. A quelques mètres de là, au quartier Anguissa, au siège du journal Le Zénith dont il est le directeur de publication, son épouse, Hermine, reçoit  un prix à lui décerné par la Ligue nationale des personnes défavorisées (Linapdef) : « c’est une épreuve que je ne souhaite à aucune femme, je soutiendrais mon époux à 100% et je serai toujours auprès de lui parce que je l’aime », promet la dame, en sanglots.

l'équipe dirigeante du journal Le Zénith

Mme Ndiomo en compagnie de l’équipe dirigeante du journal Le Zénith

En plus de la palme d’or de la bravoure journalistique, le directeur de publication de Le Zénith a également reçu un tableau qui laisse apparaître une jeune fille les yeux larmoyants. Une image qui, selon le président de la Linapdef, Emmanuel Mbombock Mbock Matip, traduit la situation triste que traverse la presse au Cameroun « comment comprendre que dans un pays où les gens manque de quoi acheter un comprimé de 25 F, où les prisonniers mangent les cafards et les souris dans les prisons , où les écoles manquent de tables-bancs parce que de l’argent a été détourné, que l’on emprisonne un journaliste parce qu’il a dénoncé le train de vie d’un haut fonctionnaire ? », s’est demandé le président de la Linapdef par ailleurs directeur de publication du journal Climat Social.

Mme Hermine Ndiomo s'adressant à l'assistance

Mme Hermine Ndiomo s’adressant à l’assistance

En novembre dernier Ndiomo Flash Zacharie était mis sous mandat de détention préventive à la prison centrale de Kondengui. Accusé par le secrétaire général du ministère des Finances de « chantage et menaces », le patron de l’hebdomadaire Le Zénith est plutôt convaincu qu’Urbain Nöel Ebang Mve lui en veut pour avoir dénoncé son train de vie princier sur plusieurs éditions de son journal. En prenant la parole devant l’assistance, Hermine Ndiomo a dénoncé les circonstances et les conditions dans lesquelles l’enquête préliminaire a eu lieu « la dame chargée de l’enquête n’était autre que la belle-sœur de M.Ebang Mve. Mon époux a passé 12 jours de garde-à-vue, ce qui est contraire à la loi ».
La trentaine de journalistes présents à cette cérémonie ont signé une pétition pour la mise en liberté immédiate de Ndiomo Flash et ont émis le vœu que celle-ci intervienne à l’issue de son procès qui se poursuit ce jeudi 22 janvier 2015. Le présentateur de la célèbre émission à caractère social « Les enquêtes duvalistiques » sur Youth Radio, Duval Lebel Ebale, a promis de lancer dès ce mardi, un appel à la libération de Ndiomo Flash à travers son émission.
La rédaction

Louis MBANGA
par Louis MBANGA janvier 20, 2015 13:14 Mise à jour