Cameroun : Répression à l’Université de Buea : Nouveaux-Droits de l’Homme condamne

Louis MBANGA
par Louis MBANGA décembre 1, 2016 17:51

Cameroun : Répression à l’Université de Buea : Nouveaux-Droits de l’Homme condamne

Grandes Lignes

  • Dans un communiqué rendu public ce jour, l’ONG exige également le retrait des forces de sécurité au sein du campus de l’Université de Buea. L’intégralité de la déclaration de NDH-Cameroun ci-dessous.

Articles Similaires

Dans un communiqué rendu public ce jour, l’ONG exige également le retrait des forces de sécurité au sein du campus de l’Université de Buea. L’intégralité de la déclaration de NDH-Cameroun ci-dessous.

                          DECLARATION N°203/NDH/DE/2016

Atteintes à l’intégrité physique, torture, traitements cruels, inhumains et dégradants sur les étudiants de l’Université de Buéa

 

Depuis lundi 28 novembre 2016 date de lancement d’une manifestation pacifique sur le campus de l’Université de Buéa, NDH-Cameroun a été informé par les étudiants manifestants de la brutalité des forces de police rentrées dans le Campus malgré le refus catégorique des étudiants de céder à la violence.

Ces faits ont été confirmés par les images atroces qui circulent sur les réseaux sociaux.

Attendu que le Cameroun a ratifié et internalisé plusieurs conventions internationales sur les droits de l’homme qui définissent le droit à la vie et au respect de l’intégrité physique comme étant des droits inaliénables.

Attendu que le droit à la vie, le respect de la dignité humaine avec son corollaire, l’interdiction de la torture et des traitements inhumains ou dégradants sont consacrés par la Convention des Nations Unies contre la  torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradant ratifié et internalisé par le Cameroun ;

buea

Considérant que la Constitution Camerounaise du 18 janvier 1996 reconnait en son préambule que toute personne a droit à la vie, à l’intégrité physique et morale ; qu’elle doit être traitée en toute circonstance avec humanité. En aucun cas, elle ne peut être soumise à la torture, à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants ;

Considérant que l’alinéa 2 de l’article 2 de la Convention des Nations Unies contre la torture à laquelle le Cameroun est Etat-partie stipule que « Aucune circonstance exceptionnelle, quelle qu’elle soit, qu’il s’agisse de l’état de guerre ou de menace de guerre, d’instabilité politique intérieure ou de tout autre état d’exception, ne peut être invoquée pour justifier la torture »

Attendu que dans un contexte de démocratie, la population est dans son droit de manifester pacifiquement en toute liberté dans la rue et sous l’encadrement des forces de l’ordre ;

buea-2

Nouveaux Droits de l’Homme-Cameroun 

Condamne avec la dernière énergie les violences et violations perpétrées par les forces de sécurité sur les étudiants

Exige le retrait des forces de sécurité du campus de l’Université de Buéa

Demande aux leaders estudiantins et aux OSC de se joindre à NDH-Cameroun pour le monitoring et la documentation des violences perpétrées sur les étudiants pendant et autour de la manifestation pacifique.

 

Louis MBANGA
par Louis MBANGA décembre 1, 2016 17:51