Cameroun : Répression des manifestants à Bamenda et Buea : Dynamique Citoyenne condamne

Louis MBANGA
par Louis MBANGA décembre 11, 2016 19:30 Mise à jour

Cameroun : Répression des manifestants à Bamenda et Buea : Dynamique Citoyenne condamne

Grandes Lignes

  • Au cours d’un point de presse ce samedi 10 décembre à Yaoundé, le réseau de suivi indépendant des politiques publiques a annoncé pour les prochains jours une déclaration relative à ces événements. Dynamique citoyenne a saisi l’occasion de la journée internationale des droits de l’homme pour faire la revue de l’actualité des droits de l’homme au Cameroun ces derniers mois.

Articles Similaires

Au cours d’un point de presse ce samedi 10 décembre à Yaoundé, le réseau de suivi indépendant des politiques publiques a annoncé pour les prochains jours une déclaration relative à ces événements. Dynamique citoyenne a saisi l’occasion de la journée internationale des droits de l’homme pour faire la revue de l’actualité des droits de l’homme  au Cameroun ces derniers mois.

Ce 10 décembre 2016 était journée internationale des droits de l’homme. Dynamique Citoyenne a tenu à marquer à sa manière cet événement. Face à la presse au siège de la Centrale syndicale du secteur public au quartier Mvog Ada à Yaoundé, le réseau de suivi indépendant des politiques publiques a choisi de faire un round-up de l’actualité des droits de l’homme au Cameroun ces derniers mois.

S’agissant des émeutes dans les villes de Bamenda et de Buea (zone anglophone), Dynamique Citoyenne a condamné l’usage récurrente de la force par le pouvoir en place en guise de réponse à toute revendication : « on a comme l’impression que quelque soit la pertinence de la revendication, le pouvoir balaie cela d’un revers de la main…les forces de l’ordre sont là pour encadrer les manifestations et non pour les réprimer », soutient Jean Marc Bikoko, point focal national de Dynamique Citoyenne.

Décentralisation

La plate-forme a annoncé qu’elle fera dans les prochains jours une déclaration relative aux événements de Bamenda et de Buea. D’après Jean Marc Bikoko, si la décentralisation avait été véritablement mise en œuvre, on n’en serait pas à des revendications identitaires. S’agissant de la liberté de presse, Dynamique citoyenne a dénoncé la cascade de sanctions infligées à des médias ainsi qu’à certains journalistes par le Conseil national de la communication.

dynamique-citoyenne-1

Image de la conférence de presse de Dynamique Citoyenne du 10 décembre 2016

D’après le président de la Centrale syndicale du secteur public, seul le juge est habilité à qualifier les faits et à infliger des sanctions en cas de diffamation ou d’injure par voie de presse. Et Jean Marc Bikoko de conclure au recul de la liberté de presse.

Drame ferroviaire d’Eseka

S’agissant du déraillement du train le 21 octobre 2016 à Eseka, Jean Marc Bikoko a indiqué qu’il s’agit là d’une entrave à la liberté de circuler et accuse la société CAMRAIL d’en être responsable : « notre chemin de fer date de la colonisation avec une largeur qui n’est pas conforme aux standards internationaux », fait remarquer le patron de Dynamique Citoyenne.

Pour lui, le bilan de cette catastrophe en termes de pertes en vie humaines est de 300 morts, d’après le pointage de la commission d’enquête dépêchée sur le lieu du drame par le Réseau. Bien loin des 79 morts brandis par le gouvernement.

hurinews.com

Louis MBANGA
par Louis MBANGA décembre 11, 2016 19:30 Mise à jour

Abonnez-vous à notre newsletter