Cameroun : Scolarisation : La société civile plaide pour une augmentation du budget de l’éducation

Louis MBANGA
par Louis MBANGA août 27, 2016 06:19 Mise à jour

Cameroun : Scolarisation : La société civile plaide pour une augmentation du budget de l’éducation

Grandes Lignes

  • Le mouvement lancé récemment par des enseignants réunis au sein du mouvement « Ecole pour tous, rentrée pour tous au Cameroun » part du constat selon lequel les objectifs fixés par l’Unesco pour une démocratisation de l’éducation est toujours hors d’atteinte par le Cameroun.

Articles Similaires

Le mouvement lancé récemment par des enseignants et dénommé « Ecole pour tous, rentrée pour tous au Cameroun » part du constat selon lequel les objectifs fixés par l’Unesco pour une démocratisation de l’éducation est toujours hors d’atteinte par le Cameroun.

Tous les enfants iront-ils à l’école ? Y aura-t-il plus de filles sur les bancs de l’école que les années antérieures ? Ceux qui auront la chance d’aller à l’école disposeront-ils de tous les manuels scolaires ? Autant de questions qui préoccupent un collectif d’enseignants réunis au sein du mouvement « Ecole pour tous, rentrée pour tous au Cameroun », à quelques jours de la rentrée scolaire. Pour la coalition, le Cameroun est encore à mille lieux des objectifs fixés par le Fonds des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (Unesco) pour une éducation pour tous.

C’est en 1990 à Jomtien (Thaïlande) que le mouvement Education pour tous est lancé à l’échelle mondiale avec pour objectif de garantir une éducation de base de qualité à tous les enfants, jeunes et adultes au plus tard en 2000. 10 ans plus tard, alors que de nombreux pays n’avaient pas pu atteindre cet objectif, la communauté internationale se réunit à nouveau Dakar et s’en fixe 6 autres en droite ligne des Objectifs du Millénaire pour le Développement en 2015. A savoir Développer l’éducation et la protection de la petite enfance, réaliser l’enseignement primaire universel, répondre aux besoins éducatifs des jeunes et des adultes, améliorer les taux d’alphabétisation des adultes, atteindre la parité et l’égalité des sexes dans l’éducation et améliorer la qualité de l’éducation.

Michel Towa

Michel Towa Koh, l’un des membres du mouvement « Ecole pour tous »

Ratio enseignant/élève

Au Cameroun, constate Michel Towa Koh, enseignant et l’un des membres du mouvement « Ecole pour tous », ces objectifs sont loin d’avoir été atteints.  A titre d’exemple, entre 2000 et 2015, le taux brut d’achèvement du primaire est passé de 49% à 73%, loin des 117% enregistrés par Sao Tomé. Le ratio enseignant/ élève à lourdement chuter de 2000 à 2012 passant de 1 enseignants pour 43 élèves à 1 enseignants pour 63 élèves. Il apparaît également que l’on dispose 1 manuel pour 13 élèves.

Lors du Forum mondial sur l’éducation tenu en mai 2015  à Inchéon, en Corée du Sud, un agenda 2030 a été adopté par les participants. Cet agenda porte sur le financement de l’éducation. Les 160 Etats présents ont pris l’engagement de consacrer plus de 20% de leur budget au secteur de l’éducation. Au Cameroun, on est loin du compte : « actuellement nous sommes à 12,5%, la moyenne africaine est pourtant de 19%, alors que des pays comme la Côte d’Ivoire est à 22% », souligne M. Towa Koh.

école

Pour  le mouvement « Ecole pour tous », il est question qu’à la prochaine rentrée scolaire, aucun parent ne dépense plus de 10 000 Fcfa (d’APE, frais exigible), par enfant dans un établissement public (maternel, primaire et secondaire), aucun étudiant ne paie de frais en sus des 50 000 F Cfa, L’Etat réduise de moitié  la facture des manuels scolaires (primaire et secondaire), aucun maître des parents, aucun vacataire ne gagne moins de 50000 fcfa par mois, l’Etat consacre 2% du budget de l’éducation à l’enseignement privé non lucratif, l’Etat accorde des bourses de formation professionnelle à 10 000 jeunes sans qualification.

hurinews.com

Louis MBANGA
par Louis MBANGA août 27, 2016 06:19 Mise à jour

Abonnez-vous à notre newsletter