Cameroun : Selon Amnesty International : 158 civils tués par Boko Haram depuis avril

Louis MBANGA
par Louis MBANGA septembre 5, 2017 11:48

Cameroun : Selon Amnesty International : 158 civils tués par Boko Haram depuis avril

Grandes Lignes

  • Dans un communiqué de presse qu’elle vient de rendre public, l’ONG internationale parle d’au moins 381 civils tués par la secte islamiste au Cameroun et au Nigéria.

Articles Similaires

Dans un communiqué de presse qu’elle vient de rendre public, l’ONG internationale parle d’au moins 381 civils tués par la secte islamiste au Cameroun et au Nigéria.

381 civils tués par Boko Haram en l’espace de 5 mois. Tel est le bilan dressé par Amnesty International des attaques de la secte islamiste aussi bien au nord-est du Nigéria qu’à l’Extrême-Nord du Cameroun. Le communiqué de presse parvenu à notre rédaction fait état d’au moins 158 civils tués par Boko Haram au Cameroun depuis avril dernier.

D’après le communiqué, ce nombre croissant de victimes est dû « à la multiplication des attentats-suicides, 30 ayant été perpétrés depuis début avril- soit plus d’un par semaine », explique Amnesty International. D’après l’ONG, l’attaque la plus meurtrière s’est déroulée à Waza le 12 juillet dernier. Bilan, 16 civils sur le carreau.

victimes de Boko Haram

Les victimes de la secte islamiste Boko Haram

Au nord-est du Nigéria, Boko Haram, lit-on dans le communiqué, procède par des raids et des attaques armées : « Les attaques menées par Boko Haram au Nigeria ont tué au moins 223 civils depuis le mois d’avril », indique l’organisation qui soutient que Boko Haram a également fait des victimes en 2017 dans la région de Diffra au Niger voisin.

Conséquences humanitaires

Ces attaques de Boko Haram ont des conséquences sur le plan humanitaire dans la région du Lac Tchad : « on recense 2,3 millions de personnes déplacées dans la région : 1,6 million de personnes déplacées à l’intérieur de leur pays et réfugiées au Nigeria, 303 000 au Cameroun, et 374 000 au Tchad et au Niger ».

A screengrab taken on September 25, 2013 from a video distributed through an intermediary to local reporters and seen by AFP, shows a man claiming to be the leader of Nigerian Islamist extremist group Boko Haram Abubakar Shekau. The video, which comes after an outburst of violence in northeastern Nigeria, shows the man taunting world leaders after the military said he may have been killed.   RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / BOKO HARAM" - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS / AFP PHOTO / BOKO HARAM / -

Le leader de Boko Haram, Abubakar Shekau et quelques membres de la secte terroriste

Les menées terroristes de Boko Haram ont entraîné une pénurie alimentaire dans la région du Lac Tchad : « on recense 515 000 enfants souffrant de malnutrition aigüe sévère, dont plus de 85 % au Nigeria », d’après les données chiffrées d’Amnesty international.

L’organisation rappelle à la secte islamiste qu’elle est tenue de respecter le droit international humanitaire qui interdit « toute attaque directe contre des civils et des biens à caractère civil ».

hurinews.com

Louis MBANGA
par Louis MBANGA septembre 5, 2017 11:48
Laisser un commentaire

Sans Commentaires

Pas encore de Commentaires!

Permettez-moi de vous raconter une histoire triste! Il n'y a pas encore de commentaires, mais vous pouvez être le premier à commenter cet article.

Laisser un commentaire

Seulement les personnes enregistrées qui peuvent laisser un commentaire.