Cameroun : Selon le gouvernement : Les APE sont avantageux pour les producteurs locaux

Louis MBANGA
par Louis MBANGA août 23, 2016 10:16

Cameroun : Selon le gouvernement : Les APE sont avantageux pour les producteurs locaux

Grandes Lignes

  • Au cours d’une conférence de presse vendredi 19 août dernier, le ministre de la Communication a expliqué que les producteurs et consommateurs camerounais n’avaient rien à craindre des Accords de partenariats économiques en vigueur depuis le août dernier.

Articles Similaires

Au cours d’une conférence de presse vendredi 19 août dernier, le ministre de la Communication a expliqué que les producteurs et consommateurs camerounais n’avaient rien à craindre des Accords de partenariats économiques en vigueur depuis le  août dernier.

Lever les appréhensions des producteurs locaux et des consommateurs relatives aux Accords de partenariats économiques (Ape). Tel semble être l’objectif de la conférence de presse tenue le 19 août dernier à Yaoundé par le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Issa Tchiroma Bakary. Le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana et le ministre des Petites et Moyennes entreprises, Laurent Etoundi Ngoa étaient également présents à ce rendez-vous avec les hommes de médias. D’après Issa Tchiroma, les Ape signés avec l’Union européenne et en vigueur depuis le 4 août dernier  sont plutôt avantageux pour le Cameroun.

A en croire le porte-parole du gouvernement, 3 groupes de produits importés d’Europe seront exonérés de droits de douane. Le premier groupe de produits dits à libéralisation rapide, destinés à la consommation des ménages, permettra « aux entreprises locales d’accéder aux intrants nécessaires à leur processus de fabrication, et ceci à moindre coût », souligne Issa Tchiroma.

ape mincom

Issa Tchiroma (en 3e position de la gauche vers la droite)

Matériaux de construction

Le deuxième groupe de produit dit « à libéralisation lente » (pour une période de 7 ans) comprend les machines et autres biens d’équipements (35 %), les produits semi-finis (39 %) et les autres matières premières destinées à soutenir l’industrie locale : « La libéralisation de ce groupe constitue un soutien à l’investissement, permettant aux entreprises locales de mettre à niveau leurs équipements et d’améliorer leur compétitivité », rassure le porte-parole du gouvernement.

Le troisième groupe de produits dits « à libéralisation très lente » (pour une période de 10 ans) comprend entre autres les matériaux de construction, le clinker à base duquel le ciment est fabriqué, le blé dur, les matières en caoutchouc, les produits dérivés du bois. L’objectif ici d’après le ministre, est de « permettre l’émergence d’un tissu industriel local dans les secteurs concernés ».

Afin de limiter les effets pervers de ces Ape, l’Etat, selon Issa Tchiroma, a prévu un certain nombre de mesures. A savoir le renforcement des capacités d’offre à travers le Bureau de mise à niveau des entreprises, le développement des capacités d’exportation ainsi que les réformes fiscales et institutionnelles. Les producteurs et consommateurs camerounais n’ont donc qu’à dormir tranquille. Du moins si l’on s’en tient à la parole officielle.

hurinews.com

Louis MBANGA
par Louis MBANGA août 23, 2016 10:16