Cameroun : Victime de bavures policières : Un jeune homme estropié se bat contre la mort à Ombessa

Louis MBANGA
par Louis MBANGA mars 23, 2017 19:03 Mise à jour

Cameroun : Victime de bavures policières : Un jeune homme estropié se bat contre la mort à Ombessa

Grandes Lignes

  • Soupçonné de vol, Ibrahim Bello a été électrocuté par des policiers dans un commissariat à Ombessa, à une centaine de kilomètres de Yaoundé. Ses jambes et ses bras rognés sont en état de putréfaction suite aux violences subies dans ce poste de police. Abandonné dans un centre hospitalier de la localité, Ibrahim risque de perdre sa vie s’il n’est pas soigné.

Articles Similaires

Soupçonné de vol, Ibrahim Bello a été électrocuté par des policiers dans un commissariat à Ombessa, à une centaine de kilomètres de Yaoundé. Ses jambes et ses bras rognés sont en état de putréfaction suite aux violences subies dans ce poste de police. Abandonné dans un centre hospitalier de la localité, Ibrahim risque de perdre sa vie s’il n’est pas soigné.

Les images font le tour des réseaux sociaux depuis plus d’une semaine. Un jeune homme couché à même le sol, les deux jambes cramées et rongées à tel point que n’apparaissent plus que les os. Les doigts du bras gauche donnent l’impression d’avoir été rognés par une lèpre.

Ibrahim Belo, âgé de 17 ans, est abandonné à lui-même dans un centre hospitalier d’Ombessa (à 110 km de Yaoundé), la main gauche et les pieds en état de putréfaction assez avancé. D’après un médecin en service dans cette institution hospitalière, si rien n’est fait pour lui amputer ces parties du corps, le jeune Ibrahim risque de mourir.

Ce dernier, en partance pour Yaoundé et venant de Mbangassina, croyait avoir affaire à une voiture de transport alors qu’elle appartenait à un avocat. Le jeune homme s’y est engouffré et le propriétaire du véhicule de crier  « ô voleur ! ». La police va accourir pour le sauver des griffes des populations ameutées par les cris de l’avocat.

ibrahim

L’état actuel du jeune Ibrahim Bello

Police des polices

C’est alors que le jeune Ibrahim est arrêté par la police puis conduit au poste de police d’Ombessa. D’après des témoignages concordants, ses pieds seront ligotés puis électrocutés par des policiers. Quelques semaines plus tard, il est abandonné dans la rue à l’état où il se trouve actuellement.

Aux dernières nouvelles et après la saisine par les parents de la victime du délégué général à la sûreté nationale (patron de la police), le chef de poste de police d’Ombessa et les éléments de la police auteurs de ces atrocités ont été convoqué ce jeudi 23 mars 2017 à la Police des polices à Yaoundé.

Des ONG telles que Mandela Center, Nouveaux Droits de l’Homme-Cameroun se sont saisies de l’affaire. Le collectif « Sauvons Ibrahim Belo » vient d’être créé sur facebook.

hurinews.com

Louis MBANGA
par Louis MBANGA mars 23, 2017 19:03 Mise à jour