Cameroun:Après les recommandations de l’Onu: Le gouvernement refuse de libérer le prisonnier politique Paul Eric Kingue

Louis MBANGA
par Louis MBANGA novembre 9, 2014 14:36 Mise à jour

Cameroun:Après les recommandations de l’Onu: Le gouvernement refuse de libérer le prisonnier politique Paul Eric Kingue

Le prisonnier politique Paul Eric Kingue

Le prisonnier politique Paul Eric Kingue

Contacté par  Radio France internationale, le ministre de la Communication et porte-parole du Gouvernement, Issa Tchiroma Bakary, a déclaré que le Cameroun est un Etat souverain et n’entend pas se plier à un avis fut-il onusien sur la détention arbitraire de Paul Eric Kingue.

Le Cameroun a donc tranché net: « nous sommes un Etat indépendant, nous n’obéissons pas aux injonction d’un groupe de travail fut-il celui des Nations Unies » a déclaré le ministre de la Communication, porte-parole du Gouvernement camerounais, à Marie Pierre Aullphang de Radio France International ce dimanche 9 novembre 2014. Pour le pouvoir camerounais c’est clair: il n’est question ni de mettre l’ancien maire de Njombe Penja (non loin de Douala), Paul Eric Kingue, en liberté, ni de le dédommager comme le suggère le rapport du Haut commissariat des Nations Unies sur les Droits de l’homme.

le porte-parole du Gouvernement, Issa Tchiroma Bakary

le porte-parole du Gouvernement camerounais, Issa Tchiroma Bakary

Selon Issa Tchiroma Bakary, l’avis formulé par le groupe de travail de l’Organisation des Nations Unies (Onu) sur la détention arbitraire est un tissu: « d’accusations…diffamatoires et attentatoire à nos mœurs et à la liberté de notre justice…nous avons mis à la disposition de ce groupe de travail tous les éléments qui permettent d’effectuer un jugement de valeur et incontestablement, si ce groupe là avait pris en compte les éléments mis à sa disposition, il va sans dire qu’il aurait honoré la position du Gouvernement qui coopère pleinement et respecté la justice camerounaise.  » a souligné le porte-parole du Gouvernement.

S’agissant de la détention arbitraire de Paul Eric Kingue, Issa Tchiroma pense plutôt le contraire: « dans un Etat de droit comme le nôtre, les droits de M.Paul Eric Kingue sont parfaitement respectés et ses conseils ont eu à intervenir en toute liberté et dans la pleine jouissance de leurs droits ».

Jurisprudence Engo?

Ce n’est pas la première fois que le Cameroun ignore les avis du groupe de travail de l’Onu sur la détention arbitraire. Dans le cas de l’ancien directeur général de la Caisse nationale de prévoyance sociale, Pierre Désiré Engo, le pouvoir camerounais n’avait donné aucune suite aux recommandations onusiennes à lui faites en juillet 2009 de libérer M.Engo. Ce n’est qu’en mai dernier qu’il a pu recouvrer la liberté à la faveur d’un décret de grâce présidentielle.

La rédaction

Louis MBANGA
par Louis MBANGA novembre 9, 2014 14:36 Mise à jour