Articles dans la catégorie

Afrique

Dans un récent rapport publié par l’ONU, les FARDC sont mises en cause dans des attaques barbares contre les êtres faibles à savoir les femmes et les enfants dans l’ex-Grand Kasaï.

Depuis l’annonce par la Commission électorale indépendante du report des élections à fin 2018, les journalistes et défenseurs des droits humains sont assassinés et persécutés par le régime de Joseph Kabila.

Mise en place en 2015, la Cour pénale spéciale est compétente pour juger des crimes commis en République centrafricaine depuis 2003. Mais d’après un rapport de Human Right Watch, la juridiction peine à se mettre en place faute d’appui financier.

D’après un communiqué de l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’homme et de l’Organisation mondiale contre la torture, Maoundoe Declador Djikoldingam, le porte-parole du collectif citoyen « ça doit changer », un mouvement tchadien qui vise à combattre la malgouvernance et les injustices sociales, est victime de harcèlement judiciaire malgré son état de santé précaire qui fait suite à sa détention dans une cellule de la gendarmerie de Moundou. Ci-dessous, l’intégralité du communiqué :

Consulté par l’ONG Human Right Watch, le rapport qui date de 2016 fait état de violence sexuelles sur des femmes et des jeunes filles de moins de 18 ans par des militaires ougandais engagés au sein de la mission de l’Union africaine visant à lutter contre les rebelles de la Lord Resistance Army ( LRA). Le gouvernement ougandais dit n’avoir pas pu établir ces allégations de violences sexuelles au cours de ses allégations.

Déposé vendredi dernier à l’Assemblée nationale, le projet de loi sur le régime juridique de la presse en Côte d’Ivoire est critiqué par l’ensemble de la corporation journalistique qui le juge liberticide.

Pour le gouvernement, leur Ong n’a pas d’existence légale sur le territoire équato-guinéen. Mais les acteurs de la société civile s’en défendent en disant que les 3 mois de suspension prévus par la loi qui frappaient leur association sont arrivés à leur terme. Le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Redhac) en appelle à leur libération.

D’après le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Redhac), rien n’a été dit sur la protection des défenseurs des droits humains lors du 2e sommet régional des chefs d’Etat sur la sécurité qui s’est tenu le 14 mai dernier à Abuja au Nigéria. Il s’agit pourtant d’une nécessité dans un contexte marqué par le terrorisme.

Dans une correspondance datée du 25 juin 2015, la Fédération internationale des droits de l’homme attire l’attention du président de la République de Côte d’Ivoire sur les dérives du système judiciaire après la crise de 2010-2011. L’intégralité de la correspondance.

Dans un rapport, l’organisme international de défense des droits de l’homme estime que de hauts gradés des forces armées nigérianes ont commis des atrocités sur des populations dans le cadre de la lutte contre la secte islamiste Boko Haram. Amnesty, qui a transmis les noms de certains responsables militaires à la Cour pénale internationale, suggère au gouvernement nigérian que les fautifs des deux camps soient traduits devant les tribunaux pour crime de guerre.