Cameroun : Fraude électorale : La Conac tacle Elecam et le parti au pouvoir

Louis MBANGA
par Louis MBANGA novembre 26, 2015 09:49 Mise à jour

Cameroun : Fraude électorale : La Conac tacle Elecam et le parti au pouvoir

D’après le rapport 2013 de la Commission nationale anti-corruption, les irrégularités observées lors des législatives et municipales 2013 sont du fait du Rassemblement démocratique du peuple camerounais, le parti au pouvoir, et Elections Cameroon (Elecam), organe en charge de gérer les élections.

Le déroulement du scrutin. Un domaine vers lequel la Commission nationale anti-corruption (Conac) a choisi d’étendre son champ d’action. A en croire le rapport 2013 de la Conac rendu public le 25 novembre à Yaoundé, les élections législatives et municipales du 30 septembre 2013 ont un nom : irrégularités.
D’après le rapport, la Conac a mis en place le 27 septembre 2013, soit 3 jours avant le double scrutin, un Bureau central de la Cellule de veille électorale avec pour mission l’observation des activités des acteurs du processus électoral pendant la campagne et le déroulement du scrutin.

un citoyen camerounais accompli son acte de vote

un citoyen camerounais accomplissant son droit de vote

Intimidations et menaces des électeurs
Le constat de ce Bureau central est alarmant. Selon le rapport 2013 de la Conac, avant le scrutin, des bureaux de vote « étaient placées dans soit dans un lieu difficilement accessible, soit chez une autorité traditionnelle». Le rapport parle également de l’ « affichage tardif des listes d’électeurs » contrairement à ce que prévoit la loi.
Pendant le vote, la Conac fait remarquer dans son rapport qu’il ya eu des achats de consciences des citoyens, des violences et intimidations du candidat d’un parti d’opposition par des militants du parti au pouvoir (Rdpc), des menaces physiques et destruction par le feu des soutanes d’un pasteur, membre d’un parti d’opposition par des individus se réclamant du parti au pouvoir, etc.

elecam

Le siège d’Elections Cameroon à Yaoundé

Recommandations
L’organe en charge des élections au Cameroun, Elections Cameroon (Elecam), n’est pas épargné par les critiques de la Conac. En plus de l’absence d’encre indélébile et des bulletins de vote insuffisants dans certains bureaux de vote, le rapport de la Conac fait état de la méconnaissance du Code électoral, de la cupidité des fonctionnaires de l’organe laquelle a porté préjudice sur l’acheminement du matériel électoral.
Mais la Conac qualifie ces irrégularités de « mineures » félicite les pouvoirs publics d’avoir préservé la paix et la sérénité dans les bureaux de vote, instauré la biométrie et décidé de la gratuité de la carte nationale d’identité. Pour des lendemains électoraux qui chantent, le rapport recommande entre autres à Elecam le recrutement objectif et rationnel des personnels, aux partis politiques de pourvoir leurs représentants en moyens nécessaires qui leur garantisse une indépendance d’esprit.
hurinews.com

Louis MBANGA
par Louis MBANGA novembre 26, 2015 09:49 Mise à jour