Gambie: Droits de l’homme:L’Afrique centrale en mode mauvais élève

Louis MBANGA
par Louis MBANGA avril 19, 2015 17:19 Mise à jour

Gambie: Droits de l’homme:L’Afrique centrale en mode mauvais élève

C’est du moins ce que laisse croire l’exposé du Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale(Redhac), lors du forum des Ong qui s’est tenu du 16 au 18 avril dernier à Banjul en Gambie. Ce, en prélude à la 56e session de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples qui se tient du 22 avril au 7 mai prochain.

Les droits de l’homme se porte mal en Afrique centrale. La situation transparait dans l’exposé fait par Maximilienne Ngo Mbe,directrice exécutive du Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Redhac) lors du forum des Ong qui s’est tenu du 16au 18 avril dernier à Banjul, la capitale de la Gambie. Selon cet organisme de défense des droits de l’homme, « Il n’est plus à démontrer que les chefs d’Etat de l’Afrique Centrale battent le record de la longévité au pouvoir créant ainsi des blocages d’alternance démocratique et avec pour corolaire un environnement légal restrictif où le pouvoir exécutif est au centre de tout. Au point où les populations ne font plus confiance aux pouvoirs législatif et judiciaire qui deviennent de plus en plus le bras séculier de l’exécutif ».

Et le Redhac de s’appesantir sur l’actualité sur les droits de l’homme dans chaque pays de cette sous-région. Le Réseau dit du Tchad que la lutte contre Boko Haram a accentué la fracture sociale. D’après le Redhac, les autorités camerounaises utilisent le prétexte de cette chasse à cette secte islamiste pour porter gravement atteinte aux droits de l’homme, notamment à travers le vote de la loi-anti terroriste du 23 décembre 2014. Le Réseau a constaté qu’en Centrafrique, l’insécurité ainsi que les tensions entre Séléka et anti-balaka persistent. Le Réseau a fait remarqué également que l’ambiance relative au débat sur la révision constitutionnelle est propice à toutes les violations des droits humains, notamment l’expulsion des journalistes étrangers.

photo de la conférence à Banjul

photo de la conférence à Banjul

En République démocratique du Congo voisine, a indiqué le Redhac, c’est le soulèvement des population contre la modification de la Constitution qui a été réprimé par le pouvoir en janvier 2015. Au Gabon, règne une veille d’élections présidentielle (2016) sur fond de tensions sociales avec les grèves des agents publics, souligne le Redhac qui se félicite de la promulgation par Paul Biya, à cette même date, de la loi  du 18 juillet 2014  autorisant le gouvernement à ratifier le protocole de la  charte Africaine des Droits de l’Homme et des peuples portant création d’une Cour Africaine des Droits de l’Homme et des peuples à Ouagadougou le 10 Juin 1998.

hurinews.com

L’intégralité de la déclaration du Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale

Louis MBANGA
par Louis MBANGA avril 19, 2015 17:19 Mise à jour