Liberté de presse : Le calvaire des journalistes gabonais

Louis MBANGA
par Louis MBANGA décembre 2, 2016 15:03

Liberté de presse : Le calvaire des journalistes gabonais

Grandes Lignes

  • Le baromètre des médias africains sur l’état de la presse gabonaise en 2016 a été rendu public mercredi 30 novembre dernier à la fondation Friedrich Ebert à Yaoundé.

Articles Similaires

Le baromètre des médias africains sur l’état de la presse gabonaise en 2016 a été rendu public mercredi 30 novembre dernier à la fondation Friedrich Ebert  à Yaoundé. 

Informer au Gabon ? Un parcours de combattant. C’est du moins le constat qui se dégage du baromètre des médias africains Gabon 2016 rendu public le 30 novembre dernier à la Fondation Friedrich Ebert Stiftung à Yaoundé. Le document de 109 pages produit en français et en anglais retourne sous toutes ses coutures la situation de la presse gabonaise en 2016.

Liberté d’expression, salaires, conditions de travail. La situation des médias au Gabon est alarmante à en croire le baromètre des médias africains 2016. La liberté des médias y est quasi-nulle, notamment au niveau de la télévision publique Gabon 24 : « …toute information à diffuser doit être soumise à l’appréciation de la haute autorité des médias publics… », peut-on lire dans le document.

presse-gabonaise-3

Pendant l’atelier, à la fondation Friedrich Ebert

Secrets d’Etat

D’après le baromètre,  certains secteurs  d’activité sont considérés pour les journalistes gabonais comme des secrets d’Etat. Tels que la défense, le secteur minier, la forêt et les marchés publics. Selon le document, un journaliste en a d’ailleurs fait l’amère expérience en publiant une enquête sur l’attribution sans passer par la commission de passation des marchés d’un marché de livraison d’un fourgon blindé.

D’après cette enquête, la protection des sources d’information au Gabon n’est pas garantie. Le document fait état de ce qu’un journaliste gabonais Jean de Dieu Bede a été placé en détention pendant plusieurs jours par les services de renseignement militaire. Il lui a été demandé de révélé sa source d’information d’une brouille entre le ministre de la Défense et le directeur du cabinet civil de la présidence de la République.

presse-gabonaise

Des journalistes gabonais s’explique au sujet de l’état de la presse au Gabon

Harcèlement policier

Les conditions salariales des journalistes ne sont guères reluisantes. Selon cette enquête, si dans les médias publics, les journalistes sont mieux payés, dans la presse privée, c’est « l’esclavage » : salaires médiocres et irréguliers voire incertains, absence de contrat pour la majorité des journalistes, etc. Par ailleurs, les journalistes sont régulièrement victime du harcèlement policier.

Le baromètre des médias africains Gabon 2016 est initié depuis 2004 par la fondation Friedrich Ebert. Celui consacré cette année au Gabon est le fruit de l’analyse d’un panel constitué de 6 journalistes gabonais et 6 acteurs de la société civile gabonaise. Certains membres de ce panel ont participé à un atelier au cours duquel ils ont réfléchi à la réforme de l’univers médiatique gabonais.

hurinews.com

Louis MBANGA
par Louis MBANGA décembre 2, 2016 15:03

Abonnez-vous à notre newsletter