R.D Congo: Crime: Un journaliste égorgé dans un hôpital

Louis MBANGA
par Louis MBANGA avril 28, 2015 09:45 Mise à jour

R.D Congo: Crime: Un journaliste égorgé dans un hôpital

Lire l’intégralité du communiqué du Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale qui revient sur les circonstances de l’assassinat du journaliste congolais Soleil Balanga.

Douala-Kinshasa, le 20 avril 2015: c’est avec regret que Le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC) apprend la mort du journaliste M. SOLEIL BALANGA et s’inquiète vivement de l’atteinte à la liberté d’expression des journalistes par les individus haut placés dans les services publics au Congo-Kinshasa.
Les faits :
Le 15 avril 2015, l’autorité provinciale de l’Equateur a rendu publique la décision d’affectation du nouveau médecin chef à la zone de santé de Monkoto. Une nouvelle qui n’a pas été appréciée par tous les employés. Ce qui a contribué à diviser les employés dudit Hôpital général de référence. Ce même jour la population a organisé une marche de soutien à la nomination du nouveau médecin chef de zone de santé de Monkoto. Une décision sanctionnée par une lettre du nouveau chef de division du district de santé de la Tshuapa. Afin d’éviter de nouveaux affrontements à Monkoto, le ministre provincial de la Santé de l’Equateur a décidé de revoir cette nouvelle affectation.
Le 16 avril 2015, selon nos sources le journaliste M. Soleil BALANGA a été décapité par le fils du superviseur de l’hôpital général de référence de Monkoto un certain Musa, ce dernier a tendu un piègeà son bourreau qui revenait de la station de la Radio communautaire de Monkoto. Il se pourrait que M. Musa lui reproche d’avoir publié l’information sur l’affectation du nouveau médecin chef de la zone de santé de Monkoto un jour avant.
journalistes_manif+++
En conséquence, le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC) :  – est particulièrement préoccupé par les actes de tortures et d’assassinats que subissent les journalistes au Congo- kinshasa ;
-exige une enquête impartiale et des sanctions contre la personne coupable de l’assassinat de M. Soleil BALANGA
Enfin, Le Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC) :
– condamne avec fermeté cet assassinat et apporte tout son soutien à la famille de M. Soleil BALANGA et à son association ;
– exige du gouvernement Congolais le respect de ses engagements, en ce qui concerne la protection des défenseurs des droits de l’homme tels que stipulés dans les déclarations de Kigali et de Grand Baie ;
-de respecter l’article 3 et 5 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme inscrite au préambule de la Constitution du Congo article 3 qui stipule : «Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne» ; et 5 de la même Déclaration qui stipule : « Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants».
Au Conseil des Droits de L’Homme des Nations Unies(ONU) :
-de tout mettre en œuvre afin que les Autorités Congolaises respectent les engagements ratifiés par les conventions Internationales relatives à la protection de la vie humaine ;
-d’œuvrer afin que le coupable de cet odieux assassinat soit puni conformément aux lois et réglementations en vigueur.
Louis MBANGA
par Louis MBANGA avril 28, 2015 09:45 Mise à jour

Abonnez-vous à notre newsletter