RCA: Abus sexuel sur mineures: Le Redhac dénonce le silence des autorités françaises depuis 2014

Louis MBANGA
par Louis MBANGA mai 8, 2015 15:35 Mise à jour

RCA: Abus sexuel sur mineures: Le Redhac dénonce le silence des autorités françaises depuis 2014

Le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Redhac), en plus de condamner les violences sexuelles sur des jeunes centrafricaines par les forces françaises, tchadiennes et equato-guinéennes, invite la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples à rendre justice aux victimes.

Le scandale fait grand bruit depuis quelques jours. Selon The Guardian,un journal anglais, un rapport confidentiel de l’Onu révèle que des éléments de la force française Sangaris ainsi que des militaires tchadiens et équato-guinéens de la force africaine de maintien de la paix en République centrafricaine se seraient rendus coupables d’abus sexuels sur des mineures du camp de réfugiés de l’aéroport de Mpoko, à Bangui.

Pour joindre sa voix au concert de dénonciations contre cet acte odieux, le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Redhac), dans une déclaration rendue publique ce 7 mai 2015,s’étonne du  « mutisme des autorités centrafricaines, des
autorités françaises, des autorités tchadiennes et équato-guinéennes de décembre à juillet 2014, alors qu’en plus des enquêtes des associations membres du REDHAC menées sur le terrain, d’autres ONGs internationales et le personnel de l’ONU avaient confirmé les traitements inhumains et dégradants infligés à ces enfants sur le site de l’aéroport de M’Poko à Bangui ».

??????????????????????

Des militaires de la force française Sangaris en action en Rca

Suite à l’éclatement de ce scandale au grand jour après qu’il ait été longtemps tue, le Redhac dit « prendre acte de de la réaction des autorités françaises quant à leur volonté de faire la lumière
sur cette situation tout en exhortant les autorités tchadiennes et équato-guinéennes à afficher aussi leur volonté à rechercher la justice ». Le Réseau invite la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples à se pencher sur cette affaire.
Ceci, en exigeant des réparations conformément aux « instruments régionaux et internationaux  en matière d’actes de traitements inhumains et dégradants ».

hurinews.com

Louis MBANGA
par Louis MBANGA mai 8, 2015 15:35 Mise à jour