Accueil»Dernières Infos»RD Congo : Liberté d’expression : Le REDHAC appelle à la libération des 4 membres du mouvement « La Lucha »

RD Congo : Liberté d’expression : Le REDHAC appelle à la libération des 4 membres du mouvement « La Lucha »

0
Partages
Pinterest Google+

Ils ont été interpellés par la police le 15 mai dernier à Mbujimayi alors qu’ils revendiquaient entre autres la publication du calendrier électoral. D’après des organisations de défense des droits de l’homme, ces activistes sont détenus dans des conditions déplorables.

Nicolas MBIYA,  M.  Josué TSHIBUABUA,  M.  JEANCY  et  M.  Léon  TSHIBANGU se trouvent en ce moment entre les mains de la police. Le 15 mai dernier, ils ont été interpellés par les forces de l’ordre au siège de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) à Mbujimayi, dans le Kasai Oriental (centre sud-République démocratique du Congo).

D’après le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Redhac), ces membres du mouvement « La Lucha » sont en garde-à-vue au Groupement mobile d’intervention de Mbuji Mayi « dans un containeur », « dans des conditions de détention déplorables ». Ils sont accusés d’ « incitation à la désobéissance civile » et de « violations des installations de la Ceni ».

lucha photos
Des membres de La Lucha

Le jour de leur arrestation, ils étaient venus observer un sit-in pacifique devant les bureaux provinciaux de la Ceni pour exiger la publication du calendrier électoral et            le début immédiat de l’enrôlement des électeurs dans les deux provinces du Kasaï et du Kasaï  Central  et  dans  les  autres  parties  du  pays.  Dans son communiqué rendu public le 18 mai dernier, le Redhac a appelé à leur libération ainsi qu’à l’abandon des charges retenues contre eux.

hurinews.com

 

Commentaires

commentaires

Article précédent

Cameroun : Justice : Le syndicaliste Pierre Nyemeck en prison pour rien ?

Article suivant

Cameroun : Lutte contre Boko Haram : Amnesty International organise une conférence de presse ce 24 mai à Yaoundé sur l’affaire Ivo Fomusoh