RD Congo : Libertés fondamentales : Journalistes et défenseurs des droits de l’homme en danger

Louis MBANGA
par Louis MBANGA juillet 25, 2017 09:48

RD Congo : Libertés fondamentales : Journalistes et défenseurs des droits de l’homme en danger

Grandes Lignes

  • Depuis l’annonce par la Commission électorale indépendante du report des élections à fin 2018, les journalistes et défenseurs des droits humains sont assassinés et persécutés par le régime de Joseph Kabila.

Articles Similaires

Depuis l’annonce par la Commission électorale indépendante du report des élections à fin 2018, les journalistes et défenseurs des droits humains sont assassinés et persécutés par le régime de Joseph Kabila.

Les libertés fondamentales en péril en République Démocratique du Congo. Le 7 juillet dernier, le président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), Corneille Nangao Yobuelo, annoncé le report des élections présidentielles, législatives pour 2018. Cette annonce a suscité un tollé général au sein de la classe politique et de la société civile.

En face, le pouvoir utilise l’arme de la répression pour faire taire toute contestation. La marche de protestation prévue le 8 juillet dernier par la Fédération de la société civile congolaise à Bukavu a été interdite par le maire de la ville.

Le journaliste de la Radio et télévision nationale congolaise, Innocent Banga, a été assassiné par des inconnus à son domicile à Ituri le 12 juillet dernier. L’activiste des droits de l’homme, Alex Sikuliwako, a lui aussi été tué le 6 juillet dernier à Lubero.

Hold up constitutionnel

lucha photos

Des membres de la lucha en RDC

Le journaliste et militant du mouvement « La Lucha », Nicolas Mbiya, a été enlevé par les services de renseignements à son domicile à Mbuji Mayi le 14 juillet dernier.

Tout part de la volonté du président de la République, Joseph Kabila de se maintenir au pouvoir malgré que la constitution ne lui autorise plus de briguer un nouveau mandat après le 20 décembre 2016. Mais le 11 mai 2016, la Cour constitutionnelle lui donnait la possibilité de rester en fonction jusqu’à la tenue des élections auxquelles il ne devrait pas être candidat. La crise politique qui a suivi a abouti à la signature de l’accord du 31 décembre 2016 encore appelé « accord de Saint Sylvestre ».

Cet accord prévoit la tenue des élections fin 2017 et le retrait de Joseph Kabila de la présidence. Le report des différents scrutins en 2018 par la Commission électorale s’est fait en violation de cet accord.

Protection des défenseurs des droits humains

Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, le Réseau des défenseurs des droits humains en Afrique centrale (Redhac) dénonce cette annonce de la Ceni et proteste contre la machine répressive qui s’est abattu sur les défenseurs des droits humains en Rdc.

Le Redhac dit tenir pour responsable le gouvernement congolais de toutes les violations des droits humains commises à l’encontre des défenseurs des droits humains et invite ce dernier à respecter l’accord du 31 décembre 2017.
Le Réseau invite l’Etat de Rdc à sanctionner les auteurs des assassinats et enlèvements des défenseurs des droits de l’homme ainsi qu’à garantir la protection de ces dernier.

hurinews.com

Louis MBANGA
par Louis MBANGA juillet 25, 2017 09:48